• "Le silence de Brussels Airport est intolérable. Non content de nous survoler bien plus que d’habitude, il s’abstient de toute communication qui pourrait nous rendre la vie moins pénible."

    Une opinion d'Yvan de Beauffort, conseiller communal à Schaerbeek (MR).

    Opinion tranchée d'un conseiller communal MR : Cet aéroport de Zaventem est détestable

     

    Ces derniers jours, les erreurs de communication de Brussels Airport ont été flagrantes et nombreuses. Tellement flagrantes et nombreuses, que c’est à se demander s’il aime que les Bruxellois le détestent. C’est à se demander s’il espère une solution. Ou s’il monte son dossier de négociation. Dans un cas comme dans l’autre, la stratégie de cet aéroport est déplorable. Et méprise les Bruxellois.

    Nous avons été très survolés au cours de cet été. Beaucoup plus que "normalement". Devant ce fait, répercuté logiquement par les habitants mécontents et dûment constaté par les appareils d’enregistrement, l’aéroport bruxellois en a communiqué les raisons. Il faut dire que les journalistes se faisaient pressants. Et donc, la raison de ce survol intense résulte apparemment d’un croisement malheureux entre des travaux sur certaines pistes et des vents plus forts, obligeant Brussels Airport à forcer ses clients à nous survoler. Dont acte.

    Le problème, c’est que c’est toujours à reculons, contraint, qu’on obtient des réponses. Comme si les Bruxellois, à la fois clients et victimes, étaient quantité négligeable. Comme s’il fallait qu’ils acceptent sans réagir une situation sur le fond inacceptable. Plus largement, d’ailleurs, Brussels Airport ne communique pas. Et, pire, n’apporte pas de solution. Pourtant, il pourrait s’engager à rendre nos vies - un peu - moins insupportables.

    Si je savais à l’avance que les premiers samedis du mois, mes chances d’être survolé sont élevées, je pourrais m’organiser pour oublier mon barbecue à ces dates-là. Si je savais que les lundis matins, le vol de 6h45 est un gros-porteur bruyant, j’enverrais mes enfants se coucher plus tôt le dimanche soir. Mais non, l’aéroport ne communique rien ! Je ne dis pas que ce serait la solution, mais cela contribuerait à nous le rendre - un peu - moins odieux, moins pénible.

    Brussels Airport bénéficie pourtant d’un avantage géographique colossal. Et donc, d’un levier phénoménal vis-à-vis de ses clients. Pourquoi ne nous explique-t-il pas, de lui-même, les mesures qu’il prend pour encourager ses clients (les compagnies) à réduire les nuisances ? Par une éducation des pilotes. Par l’adoption de nouveaux moteurs, moins bruyants. Par l’adoption de routes survolant moins de monde et à des heures respectables.

    Dans ce dossier complexe, chacun doit faire de sérieuses concessions. Au-delà des décisions que le ministre en charge devra prendre pour garantir la qualité de vie des Bruxellois et la pérennité éventuelle de cette infrastructure, il est temps qu’on entende la voix de l’aéroport.

    Si son plan est d’exploser le nombre de vols, de maintenir des plages d’opérations nous pourrissant nos nuits et celles de nos enfants, de jouer la carte politique et communautaire, de garantir le bien-être de ses actionnaires en oubliant ses clients finaux (ici, les passagers bruxellois), bref, de ne rien faire en faveur des Bruxellois, qu’il le dise ! Et qu’il ne s’étonne pas de la haine légitime que nous lui portons. Ni de notre envie de le voir s’expatrier loin, comme c’est le cas dans les autres pays d’Europe.

    On pourra me taxer de parti pris, puisque le ministre en charge du dossier est de ma couleur. Mais je suis avant tout schaerbeekois, survolé abondamment, et père de jeunes enfants. Et, comme conseiller communal, je suis mandaté par les habitants de Bruxelles pour proposer des solutions permettant à chacun de s’épanouir ou, à tout le moins, de vivre moins mal.

    La question de l’aéroport est fondamentale pour Bruxelles. Chacun doit y travailler. Mais si Brussels Airport veut survivre, il doit participer aux solutions. Maintenant. Sinon, il n’y aura pas d’autre choix que d’exiger son départ. Cela fera beaucoup de bruit, mais il l’aura mérité. Et pour une fois, ce bruit sera pour nous, Bruxellois, une berceuse.

    Source : http://www.lalibre.be/debats/opinions/cet-aeroport-de-bruxelles-est-detestable-57bf0f0835709a3105678dce

    Opinion tranchée d'un conseiller communal MR : Cet aéroport de Zaventem est détestableLien utile :

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/wolu1200-trop-de-vols-et-trop-de-bruit-au-dessus-de-la-commune-a126600646


    votre commentaire
  • C’est bientôt la rentrée des classes pour nos enfants diabétiques.
    Pour ceux qui portent un capteur Freestyle Libre, il est important de sensibiliser leur entourage, petits et grands, à l’école et lors des loisirs, que le « Patch », n’est ni un pin’s, ni un magnet, ni un quelconque objet de scarification
    Dans la majorité des cas, il n’y a pas de problèmes, mais il est toujours utile de prévenir pour éviter que lors d’un jeu il soit arraché.

    Freestyle Libre: Attention dans les cours d’école

    N'hésitez pas à partager cet article pour informer votre entourage et éviter ainsi des maladresses pouvant mettre en danger nos enfants Did.                                                                                                                Ce dispositif est un lecteur de glycémie en continu, essentiel pour maitriser son diabète et préparer son apport en insuline.
    Il est accompagné d’un lecteur que l'enfant doit toujours conserver sur lui. Ce n’est ni un mobile, ni un Mp3, donc ce n'est pas un jouet que l’on peut confisquer (avis aux profs non informés par un PAI)
    Et si vous voyez un enfant manipuler cet appareil, ce n’est pas pour chasser les Pokemon mais pour relever son taux de sucre dans le sang.

    Cette mesure va lui permettre de savoir si il est en hyperglycémie ou en hypoglycémie et ainsi adapter son apport en insuline , son activité ou sa nourriture.
    De plus en plus d’enfants diabétiques ont également une pompe reliée en permanence à leur corps par un cathéter : Comme pour le lecteur, ce n’est pas un MP3….


    votre commentaire
  • Toots Thielemans est parti rejoindre ses copains disparus. Dieu va swinguer

    L'harmoniciste et compositeur de jazz bruxellois Toots Thielemans s'est éteint ce lundi matin à l'âge de 94 ans, a indiqué sa manager Veerle Van de Poel. L'artiste est décédé à l'hôpital, où il avait été admis après une chute le mois dernier.

    "Toots Thielemans est décédé ce lundi matin dans son sommeil", a affirmé Mme Van de Poel. Il était hospitalisé depuis le mois dernier en raison d'une chute. "Il n'y a pas eu de complications. Il est mort de vieillesse, son corps était tout simplement épuisé", a-t-elle précisé.

    Un registre de condoléances sera probablement ouvert plus tard dans la journée à La Hulpe, où Toots Thielemans résidait.

    Toots Thielemans est parti rejoindre ses copains disparus. Dieu va swinguer



    Plongé dans la musique dès sa naissance
    Né le 29 avril 1922 dans les Marolles à Bruxelles, Toots -surnom qui lui vient du saxophoniste Toots Mondello et du compositeur Toots Camarata-, a été directement en contact avec le monde de la musique.

    Ses parents tenaient un café dans le plus vieux quartier de Bruxelles et y organisaient régulièrement des concerts d'accordéon.

    Une découverte qui changera sa vie
    Toots découvre l'harmonica en 1938. Agé de 16 ans, le jeune bruxellois s'imprègne de l'univers des films de Ray Ventura. Ce n'est que durant la guerre qu'il sera piqué par le virus du jazz. Toots joue alors de la guitare dans des music clubs et prend Django Reinhardt et son style jazz manouche comme exemple.

    Percée outre-Atlantique
    Si Toots joue un bon nombre de concerts en Belgique, c'est aux Etats Unis, où il émigrera en 1952, qu'il percera en jouant notamment avec l'un des virtuoses du saxophone alto: Charlie Parker. Ce sera cependant Benny Goodman, célèbre clarinettiste new-yorkais, qui lui offrira sa première percée internationale en le faisant participer à sa tournée européenne.

    En 1962 il compose "Bluesette", morceau auquel il doit en grande partie sa renommée internationale.

    Toots Thielemans est parti rejoindre ses copains disparus. Dieu va swinguer

     

    https://www.youtube.com/watch?v=yKnG_9q4crA

     

     

    Toots sera également soliste à l'harmonica pour certains films de cinéma comme "Midnight Cowboy" et "Jean de Florette".

    Toots Thielemans est parti rejoindre ses copains disparus. Dieu va swinguer

     

    https://www.youtube.com/watch?v=7PaNvpCVcVA .

     

    Le baron du jazz
    Devenu une référence à l'harmonica et un monument dans le monde du jazz, il jouera avec Charlie Parker, Ella Fitzgerald, Quincy Jones, Bill Evans, Frank Sinatra, Ray Charles, Larry Schneider, Oscar Peterson et bien d'autres encore.

    En 2001, il recevra les honneurs du roi Albert II de Belgique lorsque celui-ci lui conférera le titre de baron. En 2009, il recevra la plus grande distinction pour un jazzman américain: le jazz master award.

    Fin de carrière en 2014
    En mars 2014, l'harmoniciste nonagénaire décide de mettre un terme à sa carrière. L'artiste a expliqué qu'il ne se sentait plus suffisamment en forme pour assurer des concerts complets.

    Source : 7sur7


    votre commentaire
  • Evi Van Acker, une athlète belge pratiquant la voile, a contracté il y a quelques semaines une sérieuse infection gastro-intestinale à Rio et n'a pas encore totalement récupéré. Son infection explique ses prestations en dents de scie aux Jeux Olympiques.

    JO : une athlète belge souffre d'une infection gastro-intestinale à cause des eaux polluées

    Elle représentait une chance majeure de médaille pour la Belgique. Evi Van Acker avait décroché le bronze aux Jeux de Londres en 2012, à la voile. Mais avec sa "dégringolade" à la dixième place du classement après six régates, le rêve olympique s'éloigne pour l'athlète originaire de Gand. Sa contre-performance s'explique, d'après son entraîneur, Wim van Bladepar, par des problèmes physiques. Selon le coach, interrogé par la chaîne flamande VTM, Evi Van Acker souffre en fait d'une infection bactérienne qui trouverait son origine dans "l'eau sale et contaminée de Rio". Il a aussi déclaré que son état nécessitait des examens complémentaires.

    Le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) a confirmé que Van Acker souffrait des conséquences d'une grosse infection gastro-intestinale. "Ce qui complique le fait de servir de gros efforts pendant un temps prolongé", a-t-il écrit dans un communiqué, jeudi 11 août.

    "Un programme a été élaboré en accord avec le physiologue Peter Hespel afin d'amener Evi à récupérer le mieux possible pour les dernières 36 heures de compétition afin qu'elle puisse tirer le maximum des ressources d'énergie qui lui restent", continue le communiqué.

    Le cas de la sportive concrétise les craintes autour des eaux souillées de la baie de Rio. Fin juillet, une enquête américaine avait révélé que les eaux de Rio étaient polluées dans des proportions qui menaçaient la santé des athlètes en les exposant à des infections respiratoires et digestives. La faute à une absence de traitement des eaux usées.


    votre commentaire
  • Voici une triste mais belle histoire. En effet, Jeni Stepien vient de se marier, mais à son bras, ce n’est pas son père (décédé) qui l’a accompagné, mais l’homme qui a reçu le cœur de son papa grâce au don d’organe. Une occasion de rappeler qu’il n’y a pas d’âge pour donner.

     Pour son mariage elle danse avec l'homme qui a reçu le coeur de son père Jeni Stepien est une jeune femme heureuse. Elle vient tout juste de se marier à l’homme qu’elle aime. Toutefois, son union fut célébrée d’une manière un peu particulière… De fait, Jeni a perdu son papa, Michael, il y a dix ans. L’homme a été tué d’une balle dans la tête lors du cambriolage de sa maison. Mais Mr. Stepien était un « donneur ». Ses organes ont donc servi à sauver des vies…
     
    Bien consciente de cela, sa fille a demandé à Arthur Thomas, l’homme qui avait reçu le cœur de son père de l’accompagner à l’autel le jour de son mariage. Cela fait dix ans que ce monsieur vit avec leur cœur du papa de Jeni. Difficile pour lui de refuser cette demande un peu spéciale…
     
    Il a bien évidemment accepté de remplir ce rôle pour le moins symbolique. C’est donc lui qui lui a donné le bras dans l’église et c’est lui qui a dansé le premier avec la jeune femme qui pouvait sentir le « pouls » de son père battre très fort pendant toute la cérémonie !
     
    Cette triste et belle histoire nous rappelle qu’il n’y a pas d’âge pour donner et pour sauver des vies. De nos jours, précisons que le prélèvement est possible à tout âge. S’il est vrai qu’un coeur est rarement prélevé après 60 ans, les reins, le foie ou les cornées peuvent l’être sur des personnes beaucoup plus âgées. En 2007, un tiers (32%) des donneurs avait plus de 60 ans et un quart des reins greffés provenait de donneurs de plus de 60 ans !
     
    La moyenne d’âge des donneurs prélevés est par ailleurs passée de 40 ans en 1999 à 50 ans en 2007 et 56 ans en 2013. Toujours en 2013, 29% des donneurs avaient de 50 à 64 ans et 37,5% plus de 65 ans. Ainsi, le nombre de donneurs de plus de 65 ans a presque triplé au cours des dix dernières années (notamment pour le foie et le rein).  


    votre commentaire
  • Mais pourquoi Einstein tire-t-il la langue ?

    C'est sans aucun doute la photo de langue la plus célèbre du monde ! Sur le cliché, le Prix Nobel de physique Albert Einstein, 72 ans, tire la langue au photographe, dans un petit sourire. Depuis des décennies, la photo ne cesse d'être mise à l'honneur par des artistes.

    Devenue un véritable objet de "pop culture", la photo du Prix Nobel se retrouve aussi, évidemment, adaptée sur de nombreux t-shirts :

    Il faut dire qu'elle a tout pour plaire, cette photo : l'image du physicien y jure avec la représentation que l'on peut se faire d'un scientifique, souvent très - trop - sérieux, voire ennuyeux… Albert Einstein sait d'ailleurs très bien prendre la pose

    Mais d'où vient cette langue ? S'agit-il d'un montage ? Pas du tout ! Prise il y a plus de 65 ans, cette photo est parfaitement vraie.

    Mais alors, que signifie-t-elle ? Albert Einstein y joue-t-il volontairement le savant fou ? Ou s'amuse-t-il avec un enfant ? Est-ce une photo posée ? Une publicité ?

    Rien de tout cela. Cette photo mondialement connue… a été prise par hasard, sur le vif, par un photographe de l'agence de presse américaine UPI (United Press International), le 14 mars 1951.

    Un geste… de lassitude !

    Ce jour-là, comme le racontera "France Soir" en 2015, dans sa rubrique "C'était dans 'France Soir'", Albert Einstein fête ses 72 ans, près de l'Université de Princeton, dans le New Jersey, aux Etats-Unis. Suivi par plusieurs photographes tout au long de la journée, le Prix Nobel a retrouvé des amis pour la soirée, au Club de Princeton.

    En sortant, il doit traverser une foule de reporters avant de pouvoir prendre place, avec deux amis, le professeur Frank Aydelotte, ancien directeur de l'Institute for Advanced Study, et sa femme, dans une voiture. Suivi par les reporters, on remarque facilement, sur deux photos prises juste avant la photo culte, la lassitude du physicien.

    Un des journalistes présents, Arthur Sasse, photographe de l'agence de presse américaine UPI, insiste et lui demande un dernier sourire, face à l'objectif.

    Las, Albert Einstein, dans un geste d'impudence parfaitement spontané, préfère lui tirer la langue : une langue très pointue, accompagnée d'un air malicieux, tout en gardant les yeux grands ouverts. Arthur Sasse, qui espérait un sourire, parvient à capter ce geste insolite. C'est le seul photographe à y parvenir. Esthétiquement, la photo initiale est mal cadrée. Elle sera largement redécoupée ensuite...

    Mais pourquoi Einstein tire-t-il la langue ? La photo est mise à disposition par l'agence et comme de nombreux journaux dans le monde, "France-Soir" publie alors le cliché en Une, quatre jours après, supprimant les amis d'Einstein. Et avec ce titre : "Einstein tire la langue pour ses 72 ans"

    Quelques temps plus tard, Albert Einstein, qui milita au crépuscule de sa vie pour la paix, contre le maccarthysme et contre les discriminations raciales, confiera, à propos du fameux cliché :"Cette pose révèle bien mon comportement. J'ai toujours eu de la difficulté à accepter l'autorité et, ici, tirer la langue à un photographe qui s'attend sûrement à une pose plus solennelle, cela signifie que l'on refuse de se prêter au jeu de la représentation, que l'on se refuse à livrer une image de soi conforme aux règles du genre."

    Albert Einstein commandera d'ailleurs à titre personnel, neuf copies de la photo à Arthur Sasse. Il offrira l'une d'entre elles à un ami journaliste de la chaîne de télévision américaine ABC, Howard K. Smith, en 1953, avec cette dédicace en allemand : "Ce geste que vous aimerez, parce qu'il est destiné à toute l'humanité. Un civil peut se permettre de faire ce qu'aucun diplomate n'oserait. Votre auditeur loyal et reconnaissant, A. Einstein 1953."

    Ce fameux cliché dédicacé sera vendu aux enchères en 2009, atteignant le montant faramineux de 74.324 dollars (soit, au taux de l'époque, environ 53.000 euros) ! Ce qui en fait la photo d'Einstein la plus chère de l'histoire. 


    votre commentaire
  • L'incroyable clip de promo d'une chaîne anglaise pour les Jeux paralympiquesA l'occasion des Jeux paralympiques 2016 de Rio, qui suivront les Jeux Olympiques, la chaîne britannique Channel 4 a réalisé un clip promotionnel hors norme. Publié le 14 juillet, ce clip de 3 minutes présente les disciplines handisport sous un regard neuf, mêlant humour et spectacle.

    Il n'y est d'ailleurs pas uniquement question de sport. Avec pour musique de fond un morceau dont le refrain dit en boucle "Yes I Can" ("Oui, je peux le faire"), des sportifs en fauteuil ou encore des non-voyants y enchaînent des exploits impressionnants. Jusqu'à ce qu'une personne dans un bureau refuse un boulot à un athlète paralympique, lui répondant : "No You Can't" ("Non, vous ne pouvez pas").

    "Nous sommes les superhumains"

    Et le plus impressionnant, c'est que ce clip n'exagère rien car les Jeux paralympiques, qui seront retransmis sur France Télévisions du 7 au 18 septembre prochain, se résument à un enchaînement d'exploits et de performances époustouflants. Rien d'étonnant donc, à ce que le titre du clip de Channel 4 soit "We're the Superhumans" ("Nous sommes les superhumains").

    Clip vidéo :

    https://www.youtube.com/watch?v=IocLkk3aYlk


    votre commentaire
  • Finalement, on sait ce que faisait sur son GSM le prince Laurent lors du défilé militaire du 21 juillet (humour)

    Quand le prince Laurent joue à Pokemon go

    Merci à A.N. pour l'info

    Quand le prince Laurent joue à Pokemon go


    votre commentaire
  • Peut-on conduire en tongs, avec des bottes ou pieds nus ?En vacances ou chez soi par temps chaud, certains se mettent au volant pieds nus ou avec des tongs ou des chaussures qui tiennent peu aux pieds.
    En hiver, certains conduisent avec de grosses bottes ou bottines.
    Beaucoup de femmes se mettent au volant en portant des chaussures à talons aiguilles.
    Est-ce permis ?  

    Le code de la route

    La législation (le code de la route) ne décrit pas les types de chaussures qu’il faut porter en conduisant. Seules les dispositions suivantes sont reprises dans le Code de la route (art 8.3) :

    « 8.3. Tout conducteur doit être en état de conduire, présenter les qualités physiques requises et posséder les connaissances et l’habileté nécessaires.
    Il doit être constamment en mesure d’effectuer toutes les manœuvres qui lui incombent et doit avoir constamment le contrôle du véhicule ou des animaux qu’il conduit. »

    Peu importe donc le type de chaussures qu’on porte en conduisant, pour autant que le conducteur garde la maîtrise de son véhicule (accélérations, freinages, arrêt, …) et qu’il puisse aisément effectuer les manœuvres.
    Cette réglementation est généralement similaire à l’étranger.

    Dès lors, si la police constate (ou estime) que ce que vous portez (ou pas) aux pieds vous empêche de conduire en toute sécurité, vous pouvez être verbalisé, car vous mettez ainsi indirectement en danger la sécurité des autres usagers.
    Il est alors question d’une infraction du second degré, qui vous coûtera une amende de 110 à 120 eur.

    Par ailleurs, lors d’un accident, les assurances pourraient également se retourner contre vous si celui-ci est dû aux mêmes raisons.

    Le bon sens

    - Hors de ce cadre légal, il est évident que conduire pieds nus ou avec des chaussures qui ne tiennent pas aux pieds, risque de vous exposer à une situation très inconfortable si vous devez quitter votre véhicule et vous mettre en marche suite à une panne ou un accident.
    - Des chaussures qui ne tiennent pas aux pieds peuvent aussi glisser du pied pendant la conduite et se coincer entre ou en dessous des pédales.
    - Quant aux talons aiguilles, ils peuvent entraver l’enfoncement de la pédale ou rester accrochés dans le tapis de voiture.
    - Les grosses bottes ou bottines d’hiver ont le désavantage d’être lourdes et encombrantes, et d’empêcher la sensation du toucher du pied.

    Le conseil est donc de vous chausser de façon à ne pas être confronté à ce genre de problème.
    Pensez plutôt à avoir des chaussures de conduite à votre disposition (dans le véhicule) au cas où vous n’auriez pas la bonne paire au pieds…


    votre commentaire
  • Bâillements, appels en plein défilé : Le Prince Laurent s'est encore fait remarquer comme en 2015

    En 2016 comme en 2015 ?

    Assis seul, loin des autres invités, le Prince Laurent, le regard caché derrière des lunettes noires, a semblé avoir trouvé le temps long, en témoigne une attitude pour le moins surprenante: il a été aperçu en train de bâiller, consulter son smartphone, voire même téléphoner en plein défilé.

    En 2016 comme en 2015 ?


                                          Défilé militaire du 21 juillet 2015

    Sors de ce corps hypnos !!

     Et pendant ce temps-là, au défilé de ce 21 juillet 2015, un dieu (Hypnos) s'en alla investir le corps d'un prince 

     

    Dans la mythologie grecque, Hypnos (en grec ancien Ὕπνος) est le dieu du sommeil, connu chez les Romains sous le nom de Somnus. Il est aussi le père de Morphée.

    Sors de ce corps Hypnos !!

     Hypnos et Thanatos portant Sarpédon, lécythe attique à fond blanc, v. 440 av. J.-C., British Museum

     Fils de Nyx, la Nuit, il est aussi selon l’Iliade le frère jumeau de Thanatos, la Mort1. Selon Hésiode, il vit dans les terres inconnues de l'Ouest2 ; chez Homère, il habite Lemnos3. Lesscholiastes d'Homère se sont interrogés à ce sujet. Selon certains, les Lemniens appréciaient beaucoup le vin, ils accueillaient donc Hypnos avec plaisir. Selon d'autres, Hypnos était amoureux de Pasithée, l'une des Charites, qui habitait cette cité. Peut-être enfin Hypnos était-il honoré à Lemnos.

    Il peut endormir aussi bien les hommes que les dieux. Ainsi, au chant XIV de l’Iliade, Héra lui demande d'endormir Zeus en personne, afin que Poséidon puisse aider les Grecs malgré l'interdiction du maître de l'Olympe. Elle l'appelle « maître des hommes et des dieux ». Hypnos admet qu'il peut endormir tous les dieux, même Océan. Il rappelle aussi qu'il a déjà endormi Zeus auparavant, déjà à la demande d'Héra, afin que celle-ci puisse faire périr Héraclès. Rageur, Zeus avait tenté de le jeter du haut de l'Olympe, et Hypnos n'avait dû son salut qu'à sa mère Nyx. Sur la promesse d'Héra de lui donner la main de Pasithée, Hypnos se laisse fléchir. Il se change en oiseau et, encore une fois, endort Zeus.

    Hypnos, sur les tombeaux, désigne l'éternel Sommeil.

    Hypnos est également considéré comme étant le gardien de la nuit, celui qui reste éveillé quand le monde est endormi. C'est aussi le surnom du poète et résistant français René Char qui publia Les Feuillets d'Hypnos sous l'Occupation. Il se considérait comme celui qui veillait sur son peuple dans la nuit de la Seconde Guerre Mondiale. Hypnos est également le titre d'une célèbre nouvelle d'Howard Phillips Lovecraft.


     

     

     


    votre commentaire
  • UFC-Que Choisir a dénoncé le 5 juillet "de graves carences" en termes de protection aux UV dans plusieurs produits solaires pour enfants. L'association de consommateurs déclare les avoir testés en laboratoire et a décidé de porter plainte contre cinq fabricants.

    Plainte contre 5 fabricants de produits solaires pour enfants Dans un communiqué, UFC-Que Choisir a déclaré qu'"au vu de la très faible protection aux UVA (rayons ultra-violets pouvant pénétrer les couches profondes de la peau, NDLR) constatée sur près d'un tiers des produits testés", l'association "dépose plainte (...) pour pratique commerciale trompeuse et tromperie" contre Clarins, Bioderma, Biosolis, Alga Maris et Lovéa pour des produits solaires aux indices élevés (50 et 50+).

    "Je suis sûre que les produits mis sur le marché sont conformes à la réglementation", a au contraire estimé Anne Dux, directrice des affaires scientifiques et réglementaires à la Febea, le syndicat professionnel du secteur cosmétique en France, interrogée par l'AFP. "Alors que leurs emballages débordent de mentions rassurantes", les produits incriminés "n'offrent pas la protection minimale contre les UVA requise par les experts français et les autorités européennes", ajoute UFC-Que Choisir.

    L'association exige par ailleurs que ces fabricants retirent "sans délai" leurs produits des rayons, menaçant à défaut de saisir la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Au total, UFC-Que Choisir a testé en laboratoire 17 produits de protection solaire 50 et 50+ destinés aux enfants et présentés sous forme de crèmes, sprays et laits solaires.

    Des divergences de méthode 

    Toutefois selon Mme Dux, de la Febea, les tests d'UFC-Que Choisir sur les UVA ne sont pas forcément fiables car ils se sont basés sur des méthodes in vitro, "qui ne fonctionnent pas toujours très bien" par rapport aux tests in vivo. Ensuite l'association a "fait une petite erreur de méthodologie", selon la représentante des fabricants. Car si les produits solaires en Europe doivent contenir un niveau de protection aux UVB trois fois plus important que pour les UVA, la réglementation européenne considère qu'un facteur de protection solaire 50+ correspond à une protection UVB de 60, impliquant un UVA de 20, et pas nécessairement au-delà, a-t-elle expliqué.

    La plainte d'UFC-Que Choisir,"est complètement aberrante", a réagi Cédric Mourlon, le PDG et fondateur du laboratoire belge Biosolis, interrogé par l'AFP.

    Source : http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/ufc-que-choisir-porte-plainte-contre-5-fabricants-de-produits-solaires-pour-enfants/ar-AAi7eBU?li=BBoJIji&ocid=iehp


    votre commentaire
  •  Voilà une affirmation pré-Euro2016 bien malheureuse qui prête à sourire aujourd'hui et qui sera à mettre dans le "bêtisier" footbalistique de l'année 2016

    Euro2016 :

    Romelo Lukaku aurait été bien inspiré de se taire ce jour-là car la gifle qui a été infligée... aux Diables Rouges a fait très mal à ces starlettes qui se prenaient pour des stars !


    votre commentaire
  • Comment préparer mon chat à mon absence pendant les vacances Malgré son attitude nonchalante, le stress de la séparation existe bel et bien chez le chat. Suivez ces quelques conseils pour aider votre animal.
    Déplacement d’objets, valise qui traîne… Votre chat peut ressentir de l’anxiété s’il prend conscience d’un changement à venir. Son mal-être se caractérise alors par des léchages compulsifs, de la malpropreté ou des miaulements. Ces derniers seront d’autant plus forts qu’il s’agit d’un animal très attaché à son maître.

    • Conseils

    Pour ne pas entretenir cette anxiété, faites comme si de rien n’était. Les jours précédant le départ, lorsque vous vous absentez, ne courez pas, ne lui dites ni au revoir ni bonjour. Vous communiquerez ainsi à votre animal que tout va bien.

    Préférez un système de garde à domicile. Il est beaucoup moins stressant pour un chat de se faire bichonner à domicile que de partir en terre inconnue. En votre absence, veillez à ne déplacer aucun meuble, ni effectuer de grands bouleversements dans la configuration de l’appartement.

    Bon à savoir:un vêtement ou un tissu imprégné de votre odeur peut rassurer votre animal.

    • Le familiariser avec son environnement

    Si vous avez choisi la pension ou tout autre mode de garde qui implique l’éloignement de votre domicile, pensez à préparer ses affaires. Plus il est entouré d’objets familiers (coussin, jouet, croquettes habituelles) moins le changement est brutal.

    Effectuez une visite avec votre animal pour le familiariser avec le lieu et ses odeurs.

    Si l’anxiété est trop profonde, votre vétérinaire peut vous proposer des solutions médicamenteuses. Des diffuseurs de phéromones, la phytothérapie ou l’homéopathie peuvent aussi se révéler efficaces.


    votre commentaire
  • NON-SENS, vous avez dit non-sens !

    Un "non-sens" est un propos, une proposition, une phrase dépourvue de sens. Notion proche de l'absurde. Si l'on peut qualifier de non-sens un propos inintelligible, alors il faut accorder au non-sens un caractère subjectif. De fait, concrètement, la notion semble d'une insondable subjectivité. .

    Le piétonnier, ce "non-sens" bruxellois


    votre commentaire
  • Comment calmer un chien qui a peur de l’orage ?L’été approche à grands pas. Et si pour l'heure le temps n'est pas au beau fixe, il faut savoir que ce changement environnemental n'est pas toujours très bien vécu par le chien qui peut, à cette occasion, laisser apparaître des signes de nervosité. Voici quelques conseils pour aider un chien qui a peur de l’orage à lutter contre le stress.

    Les raisons d’une telle peur

    Lorsque le tonnerre gronde, votre chien tourne en rond dans votre appartement, il tremble, aboie ou gémit ? Il est sans aucun doute perturbé par ce changement météorologique brutal.

    Les spécialistes estiment qu’un chien qui a peur de l’orage souffre soit d’un caractère congénital, d’un syndrome de privation ou d’une expérience traumatique.

    En effet, si certain chiens sont peureux de nature, d’autres peuvent être terrorisés par le tonnerre s’ils ont été peu socialisés. Si votre compagnon vit seul et qu’il n’a jamais été confronté à des bruits inquiétants, il est normal qu’il soit si perturbé par le tonnerre.

    Par ailleurs, si votre chien est resté coincé dehors le jour où un orage a éclaté sans avoir la possibilité de rentrer se mettre à l’abri, il garde très certainement des séquelles de cette expérience. Chaque coup de tonnerre ravive aujourd’hui ses angoisses.

    Un chien socialisé à moins peur de l’orage

    Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un chiot, vous pouvez lui éviter de devenir un chien angoissé par ce qui l’entoure : socialisez votre chiot !

    Dès son plus jeune âge, permettez-lui de vous suivre le plus souvent possible. Il faut qu’il se confronte à ce qui l’entoure. Il doit prendre la voiture, jouer avec d’autres chiens, s’amuser avec des enfants, etc. C’est un excellent moyen d’habituer votre quatre pattes aux bruits du quotidien.

    Déconditionnez votre chien

    Afin d’aider votre chien à mieux gérer sa peur de l’orage, une technique a été mise au point par les spécialistes canins. Il s’agit d’une méthode de déconditionnement pour le chien qui a peur de l’orage.

    Investissez dans un CD de bruitages sur lequel le tonnerre a été enregistré. Pendant que votre compagnon accompli une activité qu’il apprécie (repas, jeux, etc.), passez-lui l’enregistrement du tonnerre. Inutile de pousser le son à fond. Commencez tout doucement et observez ses réactions. Pendant le processus, soyez présent et rassurez votre animal.

    Quelques jours plus tard, recommencez le travail. Vous pouvez augmenter le volume si votre chien ne présente pas de signe de stress.

    Si rien de tout cela ne fonctionne, vous pouvez toujours contacter un comportementaliste canin afin qu’il vous épaule.

    Des solutions médicamenteuses

    Seulement sur les conseils de votre vétérinaire, vous pourrez trouver un remède médicamenteux pour calmer votre compagnon.

    Avant de penser aux anxiolytiques, questionnez votre vétérinaire sur les bienfaits des fleurs de Bach. Ce remède peut en effet aider naturellement le chien à gérer les montées de stress.

    Notez en tout cas que réprimander votre chien ne l'aidera pas à mieux gérer son stress de l'orage. Votre compréhension est essentielle pour l'aider à venir à bout de ses peurs


    1 commentaire
  • Dans la "Libre" d'hier, cette célèbre marque de bière affichait fièrement en légende sur cette même affiche :

    "Les Italiens parlent avec les mains. Nous, avec les pieds."

    Voici une nouvelle version "pirate" de cette affiche plus en adéquation avec le talent du jour de nos stars

    Que penser en photo du match Italien - Belgique à l'Euro 2016 ?

     


    votre commentaire
  • La Belgique victime d'une invasion de limaces

    On compte 300.000 limaces par hectare contre 80.000 les années précédentes.

    La Belgique fait face à une invasion exceptionnelle de ... limaces, prolifération à la fois plus précoce (de 15 jours à 3 semaines) que les années passées, et surtout en infiniment plus grand nombre.

    Hiver peu rigoureux, humidité et douceur: autant d’explications “de jardinier” auxquelles des scientifiques, comme René-Marie Lafontaine à l’Institut des Sciences naturelles, ajoutent les leurs.

    Le phénomène limace n’épargne aucune région. En Flandre, Marc Herremans, coordinateur des recherches de Natuurpunt, l’une des pricipales associations belges de protection de la nature avec Natagora, avance le chiffre de 300.000 limaces à l’hectare (selon une estimation réalisée dans la région de Leuven).

    300.000 contre de 50.000 à 80.000, soit de 4 à 6 fois plus que les années passées: donc oui, une véritable explosion.

    Chercheur en biologie de la conservation à l’Institut des Sciences naturelles, René-Marie Lafontaine parle d’un phénomène d’”éclosions massives de limaces” et avance cette explication de fond.

    Car pour lui “la météo n’explique pas tout. La première cause de cette prolifération, c’est la disparition des prédateurs naturels, notamment du hérisson, tués par les pesticides, les insecticides et paradoxalement les anti-limaces. On a abouti à ce résultat contraire qu’utiliser abusivement certains produits anti-limaces a fini par tuer les animaux qui éliminaient les limaces et donc de favoriser la prolifération de celles-ci”.

    En Wallonie, c’est partout la même réponse quand nous contactons 30 jardineries à Tournai comme à Libramont, Wavre, Visé, Carnières, Dion-Valmont et partout ailleurs.

    Au mot “limace”, les uns parlent de “fléau”. D’autres d’”épidémie” ou de “catastrophe”.

    “Gare aux salades et aux courgettes”, prévient Nathalie, vendeuse en jardinerie à Barry.

    “Pas d’hiver, de l’humidité et de la douceur: tous les facteurs sont réunis”, ajoute un employé à Ottignies.

    ”Il me reste en rayon 5 boites de produits anti-limaces", constate un vendeur en Brabant wallon.

    Et en région bruxelloise, il était impossible de faire son jogging près des étangs Marius Renard à Anderlecht, sans les écraser par douzaines, et en faire du jus sous les semelles.

     


    1 commentaire
  • La vie économique d'un lave-linge dépendrait-il du prix d'achats ?Régis De Kerautem,
    de Bruxelles

    "J’ai acheté un lave-linge Ariston en juin 2007 (modèle AQGD 141H à 699,99 €). Le bloc de lestage en béton s’est brisé début 2013. Un réparateur a changé la pièce. Deux semaines après, elle était de nouveau cassée. Il est revenu la remplacer (gratuitement) et elle s’est de nouveau rapidement cassée ! Le réparateur m’a dit que ce type d’incident se produisait parce que la pièce de fixation du lestage était usée et qu'elle ne pouvait pas être remplacée car elle faisait partie intégrante du corps de la machine. J’ai donc dû changer de lave-linge alors qu'il marchait très bien (hormis ce détail !).Ça ressemble fortement à de l’obsolescence programmée…"
    Contacté par les soins de l'association des consommateurs "Test-Achats" dans le cadre de cette enquête, Hotpoint/Ariston (même fabricant) nous a dit que la vie économique de leurs lave-linge dépendait du prix d'achat : ils
    dureraient 2 ans par tranche de 200 € payés, avec un maximum de 8
    ans ! Ce ne serait donc
    peut-être pas une coïncidence si cette machine, qui a coûté 700 €, a duré 7 ans...

    Valérie Kinzounza, de Orp-le-Grand, avait un lave-linge Electrolux depuis
    4 ans lorsque le moteur a dû être remplacé. "Le réparateur nous a clairement dit qu'avec le prix de la pièce et celui de la réparation, on ferait mieux d'acheter une nouvelle machine." Des machines qui lâchent après seulement quelques années, c'est monnaie courante.
    Des pièces à remplacer qui coûtent presque aussi cher qu'une nouvelle
    machine ou qui sont irremplaçables, aussi.

    Candy, Samsung et Bosch/Siemens affirment que leurs machines sont faites pour durer au moins 10 ans, et Miele, 15 ans.

    Pour faire durer votre machine plus longtemps, 5 mesures sont essentielles...

    1. Nettoyez le filtre régulièrement.
    2. Protégez votre machine du calcaire.
    L’utilisation d’anticalcaire et de lessive dépend de la dureté de votre eau (la quantité de calcaire qu’elle contient). Pour la connaître, renseignez-vous auprès de votre société distributrice. Vous pouvez soit limiter l’apparition du dépôt à l’aide d’un détergent anticalcaire, soit utiliser un produit détartrant qui élimine le dépôt accumulé au fil des mois.
    3. Eliminez la moisissure. Non seulement elle peut abîmer votre machine, mais elle peut causer des taches noires sur le linge et de mauvaises odeurs. Evitez qu’elle s’installe en utilisant un agent de blanchiment relativement écologique,comme le percarbonate, quand vous faites une machine de blanc. Ou effectuez régulièrement une cycle de lavage à vide, à température élevée (plus de 70 °) avec un peu de poudre à lessiver universelle.
    4. N’utilisez pas une vitesse d’essorage plus élevée que 1 200 tpm. Au-delà, il n’y a pas tellement plus d’eau qui est extraite, mais votre machine s’abîme plus vite.
    5. Veillez à ce que votre machine soit équilibrée. Les pieds ne sont pas toujours bien réglés à l’achat, ce qui peut la faire souffrir lors de l’essorage.

    Source : Test-Achats

    Liens utiles :

    http://et-notredevenir-il-est-ou.eklablog.com/2-nouvelles-dispositions-legales-contre-l-obsolescence-programmee-a107175136

    http://et-notredevenir-il-est-ou.eklablog.com/obsolescence-des-appareils-electroniques-debut-de-la-fin-a93019299


    votre commentaire
  • Le mythique restaurant "De Ultieme Hallucinatie" déclaré en faillite Le restaurant "De Ultieme Hallucinatie", située au 316 de la rue Royale à Saint-Josse, a été déclaré en faillite. La décision du Tribunal de commerce de Bruxelles est tombée le 21 mars dernier.

    C'est donc un établissement mythique qui va fermer ses portes. Mythique à plus d'un titre. Et tout d'abord de part son architecture Art nouveau extérieure, signée Paul Hamesse en 1904. Une véritable oeuvre d'art qui fût d'abord un hôtel de maître jusqu'en 1980. Mais l'intérieur n'est pas en reste avec ses boiseries, lustres et ferronneries d'une autre époque. De quoi justifier entièrement son classement au patrimoine bruxellois.

    Repris par l'échevin Sait Köse

    Le mythique restaurant "De Ultieme Hallucinatie" déclaré en faillite Si la brasserie a souvent été menacée de fermeture dans son histoire, elle est reprise en 2012 par Sait Köse, par ailleurs échevin DéFI des Sports à Schaerbeek. Coût de l'investissement : 2,5 millions d'euros. Mais les charges sont importantes et le restaurant qui peut accueillir jusqu'à 200 couverts bat de l'aile. En mai 2015, l'échevin décide de remettre le fonds de commerce pour un montant de 900 000 euros et un loyer de 10 000 euros par mois. A ce prix, les investisseurs se font rares. Ils ne se pressent pas au portillon.

    Un curateur désigné

    Résultat : c'est la faillite. Un curateur a été désigné. Son rôle : récupérer toutes les créances et pourquoi pas trouver un repreneur. L'Ultieme Hallucinatie risque donc aujourd'hui de disparaître définitivement du paysage Horeca prestigieux de Bruxelles.

    Source : http://www.rtbf.be/info/regions/detail_le-mythique-restaurant-de-ultieme-hallucinatie-declare-en-faillite?id=9308362


    votre commentaire
  • Le cœur bat, le sang circule, les poumons se gonflent... pourtant, le corps humain sur lequel les élèves chirurgiens en formation à Poitiers se font la main est bien un cadavre. Récemment sorti de congélation, il est alimenté en air et en sang artificiel. Baptisé "Simlife", ce système unique au monde vise à mettre les futurs chirurgiens "en situation", en collant au plus près à la réalité, sans aucun risque pour un vrai patient.

    Apprendre la chirurgie sur des cadavres qui respirentJusqu'à présent, les étudiants en médecine et pharmacie apprenaient leur métier sur des corps inertes ou, au mieux, des mannequins interactifs.

    "[Mais] on se rendait bien compte que les dissections classiques ne répondaient plus aux attentes", explique le Pr Jean-Pierre Richer, responsable du Centre de simulation de la faculté de Poitiers, inauguré fin janvier 2016. "Il fallait évoluer alors que dans le même temps, la formation pratique de l'interne a beaucoup diminué [...] On n'apprend plus au bloc, à côté du chirurgien et d'un vrai patient. Les nouvelles directives nationales disent bien « jamais sur le patient la première fois »", souligne le chirurgien.

    Cyril Brèque, spécialiste en biomécanique au laboratoire d'anatomie de la Faculté de médecine de Poitiers, a ainsi eu l'idée de créer Simlife, un système qui redonne à des corps légués à la médecine l'apparence de la vie.

    Des cadavres animés

    Pendant que, dans une vaste salle, une trentaine d'étudiants s'exercent encore à la suture sur des pieds de cochon, dans un bloc opératoire voisin, une étudiante assiste à une double ablation des reins sur un cadavre qui présente toutes les apparences du vivant.

    L'abdomen à la peau rosée se soulève régulièrement, le pouls est stable lorsque les deux chirurgiens incisent le corps du plexus au nombril pour faire apparaître les viscères. Seule l'odeur forte et une couleur verdâtre trahissent le fait qu'il s'agit d'une dépouille, décongelée avec soin pour passer en seulement quelques jours de -22°C à +37°C. Mais le sang artificiel qui circule redonne rapidement leur couleur naturelle aux organes et aux tissus. "Tu vois, là, la veine cave, elle est vraiment comme ça dans la réalité, rosée et bleutée", explique le Pr Jean-Pierre Faure, co-responsable de l'école de chirurgie de l'Université de Poitiers.

    Les intestins sont sortis en douceur et enveloppés pour ne pas entraver la suite de l'opération. "Un tour de main comme ça, l'interne ne va pas y penser. Il peut perdre une heure, gêné par des intestins qui glissent et qu'il risque d'abîmer", insiste le Pr Faure.

    Après une heure de travail, un rein est prélevé, mais une hémorragie survient, rapidement résorbée par une équipe dont la tension est palpable.

    "Vous voyez, nous avons deux professionnels mais ils sont complètement absorbés par leur travail, ils ont oublié que c'est une simulation. C'est la vraie vie dans un bloc avec tous ses aléas. Ce qui est irremplaçable pour un chirurgien, c'est d'avoir le toucher. Si on simule la respiration sur ces corps, c'est aussi pour gêner le travail du chirurgien", commente le Pr Richer.

    Médecins bricoleurs

    Derrière le champ opératoire qui dissimule le visage du "patient" se cache aussi la machinerie du Simlife : deux chariots à roulettes surmontés d'un simple moniteur. 

    "Là, c'est la partie pneumatique pour la respiration, et là, la partie hydraulique pour la circulation sanguine", détaille Cyril Brèque, autant médecin que bricoleur. Tournevis en main, il adapte sur une valve la pression d'injection du faux sang. "Un peu de peinture, un additif pour approcher la viscosité du vrai sang. Tout le matériel provient de magasins de bricolage et de jardinerie", sourit-il. Des tuyaux d'arrosage, des valves de système d'arrosage... Au total, quatre Simlife ont été conçus pour seulement 20.000 euros.

    "À terme, tout cela sera miniaturisé et piloté en wifi depuis une tablette. Nous sommes en train de travailler sur un logiciel qui permettra d'intégrer à l'avance un certain nombre de scenarii. Ce qui rend notre système unique, c'est qu'il est adaptatif", assure le Pr Richer.

    Après la phase de test, une vingtaine d'internes en fin de cursus s'exerceront à la chirurgie sur Simlife dès la rentrée universitaire 2016-2017.

    Source : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/traitements-du-cancer/chirurgie/apprendre-la-chirurgie-sur-des-cadavres-qui-respirent_18705.html#xtor=EPR-1000002224

    AFP


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires