• Un avion en détresse tourne en boucle depuis son décollage à BruxellesQue s'est-il passé avec ce vol vers Malaga?

    Vous êtes nombreux à nous avoir signalé ce dimanche en fin de matinée le survol inhabituel d’un avion dans la région d’Ath, dans le Hainaut.

    "Avion en détresse tourne en boucle depuis son décollage de Bruxelles", indique Fabrice via notre bouton orange Alertez-nous. "Vol Bruxelles -Malaga survole en boucle la région d'Ath à basse altitude", témoigne Laurent un peu plus tard. "Un avion Vueling tourne pour la 6ème fois au-dessus de Silly, Chièvres à basse vitesse", écrit également Serge."Un avion tourne en rond avec son train d'atterrissage sorti. Je pense qu'il brûle son carburant pour un retour vers Bruxelles en urgence", estime encore André.

    En analysant les images diffusées sur le site flightradar24.com, on aperçoit en effet qu’un appareil de la compagnie espagnole Vueling a effectué plusieurs boucles dans l’espace aérien avant de revenir vers Bruxelles, où il a décollé à 10h25 à destination de Malaga.

    L’avion a rencontré un "problème technique", explique Alain Kniebs, porte-parole de Belgocontrol, sans pouvoir donner plus de précisions."Nos équipes ont fait en sorte qu’il puisse revenir en toute sécurité vers Zaventem", ajoute-t-il.

    Les pilotes de l’appareil ont sans doute attendu qu’un couloir aérien soit libre pour revenir sur leurs pas et atterrir sur le tarmac bruxellois.

    Problème de kérosène ? Appareil défectueux ? Vueling, la compagnie aérienne, ne veut communiquer aucune information à ce sujet pour le moment.


    Un passager témoigne: "Nous avons tourné pendant 1h30 à basse altitude"

    Un passager de l'avion, Adrien, nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous pour témoigner. "Nous avons décollé plus ou moins à l'heure de Bruxelles, tout s'est bien passé, puis j'ai mis mes écouteurs pour passer le temps. Mais après quelques minutes, nous avons trouvé qu'il commençait à faire chaud dans la cabine. Quand j'ai enlevé mes écouteurs pour retirer mon pull, l'équipage a fait une annonce", relate Adrien.

    Le personnel de bord informe alors les passagers que l'avion rencontre un problème technique et qu'un retour à Bruxelles est nécessaire. Pour ce faire, l'appareil doit s'alléger et brûler du kérosène. Voilà la raison pour laquelle l'avion a tourné en rond au-dessus du Hainaut. "Nous avons tourné pendant 1h30 à basse altitude. Il y avait un problème de pressurisation", explique Adrien.

    Pour les passagers, l'attente est très longue et pénible. "Il n'y avait plus d'air, plus de climatisation, rien. Tout le monde suait à grosses goûtes. On aurait cru qu'on nous avait lancé des seaux d'eau sur la figure tellement on transpirait. Et pour les enfants, évidemment, c'était encore plus compliqué. On ne pouvait pas en vouloir aux parents s'ils commençaient à pleurer et à se plaindre", décrit Adrien.


    Aucune information après l'atterrissage

    Finalement, après 1h30 d'attente dans l'espace aérien belge, l'avion prend la direction de Zaventem. "Mais nous n'avions aucune information. Et si un atterrissage d'urgence était nécessaire, l'équipage nous aurait sûrement prévenu au dernier moment. Du coup il y avait une certaine tension dans la cabine", confie notre témoin. "Mais finalement tout s'est bien passé, heureusement", ajoute-t-il.

    Une fois sur le tarmac bruxellois, un bus ramène les passagers dans l'aéroport et là... rien. "Nous avons dû attendre 1h avant qu'on vienne nous dire qu'un autre avion était prévu pour 17h10. Je suis franchement déçu par le fait qu'il n'y ait eu aucun accompagnement. On était livré à nous-mêmes, sans savoir quoi faire, ni où aller", explique Adrien.

    Les passagers ont également reçu des bons d'achats de 8€ et 16€ à utiliser dans les restaurants de l'aéroport. "À ce niveau-là, il n'y a pas de souci. Et un nouveau vol a été trouvé. Mais pendant des heures nous n'avons presque pas eu d'informations, c'est vraiment ça le problème", conclut Adrien.

    À l'heure d'écrire ces lignes, vers 15h15, les passagers attendaient donc leur nouveau vol, en espérant que cet avion-ci ne connaissance aucune panne, et que les vacances puissent enfin commencer...

    Source : RTL-Info
    http://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/-un-avion-en-detresse-tourne-en-boucle-depuis-son-decollage-a-bruxelles-que-se-passe-t-il-avec-ce-vol-a-destination-de-malaga--934332.aspx?dt=12%3A56

    votre commentaire
  • En cette période de vacances, trop de chiens (et de chats) se retrouvent abandonnés sur le bord des autoroutes, dans des parcs, attachés à des arbres, enfermés dans des boîtes en carton ou tout simplement largués au milieu de nulle part...                                       Ces compagnons de vie, qui nous donnent tant d'amour tout le long de leur existence, deviennent, trop souvent, des compagnons encombrants lors des transhumances estivales.                                                                     

    Un chien est votre compagnon de vie pour plus de 15 ans. Ne l'oubliez pas !!!!Lorsque vous désirez adopter un animal, n'oubliez pas que celui-ci partagera votre vie tout le temps de SA vie.          Quant à cette belle petite peluche toute mignonne que vous offrez à votre petite fille ou à votre garçon, n'oubliez pas qu'elle peut atteindre le poids de... cinquante kilos, être malade, avoir des puces, provoquer des allergies, avoir besoin d'être promenée plusieurs fois par jour par beau ou mauvais temps. En contre partie, elle vous donnera de l'amour comme peu d'êtres humains peuvent en donner. Elle vous aimera pour ce que vous êtes. Elle vous sera fidèle toute sa vie. Elle sentira vos peines, partagera vos larmes et elle sera votre compagnon de jeu et de promenade. Certains de vos compagnons fidèles absorberont comme un buvard (surtout vos chats) votre grave maladie et mourront à votre place, heureux d'avoir accompli leur plus beau geste d'amour.   

    Entre la première et la deuxième photo, quinze ans sont passés. Le maître a grandi et le chien a vieilli. N'oubliez pas qu'à 15 ans, votre fidèle compagnon est un vieillard et vous un ado.

    Regardez bien l'expression du chien et de son maître.

    Qu'y voyez-vous ?

    De l'amour, tout simplement.  

     


    votre commentaire
  • Jamais les pieds sur le tableau de bord !!

    Pieds sur le tableau de bord.... corps bientôt désarticuléDe nombreux passagers prennent l'habitude de mettre leurs pieds sur le tableau de bord pour se détendre pendant les longs trajets. Pourtant, une mauvaise position peut se révéler dangereuse en cas d’accident. Lors d'un choc, si l'airbag se déclenche, les jambes sont projetées vers le pare-brise, et les genoux vers le visage. Le passager est alors désarticulé.

    Si vous souhaitez vous étirer et dégourdir vos jambes, demandez au conducteur de s’arrêter quelques minutes sur une aire de repos, cela permettra au chauffeur, par la même occasion, de faire une pause.

    Bien entendu, se tenir correctement ne suffit pas : le port de la ceinture est OBLIGATOIRE pour le passager...

    Source : https://www.facebook.com/www.policeouestbw.be/


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Sacha, élève au Sacré-Coeur de Linthout a besoin de votre générosité

    Les proches de Sacha, 10 ans, sont prêts à tout pour l’aider à récolter 430.000 euros.

    Sacha aura 10 ans au mois de septembre. Il vit à Molenbeek-Saint-Jean avec sa mère et son frère de 8 ans. Il allait à l’école jusqu’il y a quelques jours. Son état de santé ne lui permet plus de suivre sa scolarité.

    Ce jeune Bruxellois a vu son état de santé empirer "ces deux dernières semaines". Sa mère, Nathalie Louineau, explique :"Sacha souffre d’une maladie rare, la lymphangiomatose. On lui a diagnostiqué lorsqu’il était bébé. C’est une maladie qui touche le système lymphatique. Jusqu’à présent, il était sous assistant respiratoire la nuit uniquement, ce qui lui permettait d’aller à l’école, au Sacré-Cœur de Lindthout. Il est sous oxygène 24 heures sur 24 depuis deux ou trois semaines. Les Cliniques universitaires Saint-Luc, l’hôpital qui le suivait depuis toujours, ne peuvent plus l’aider."

    Pour lui venir en aide et augmenter son espérance de vie, il faudrait que la petite famille aille à Philadelphie. "Bruxelles ne dispose pas du matériel. Il n’est possible de l’opérer qu’à Philadelphie, aux États-Unis", poursuit la maman.

    Un gros souci financier pourrait empêcher le petit bonhomme de passer entre les mains de spécialistes. "Les assurances m’ont prévenue : ils ne rembourseront pas les frais médicaux là-bas. Nous avons fait appel au fonds spécial de solidarité. Il nous a indiqué qu’il n’interviendrait que pour une partie de la somme, si le dossier était accepté ", explique Nathalie Louineau. La note est salée : 430.000 euros sont nécessaires pour opérer Sacha !

    Et la maman, qui travaille à temps plein (mais qui a dû prendre un congé), ne peut pas avancer une telle somme seule. D’autant que le temps presse. "Dans l’idéal, il faudrait l’opérer cet été", ajoute-t-elle.

    Elle lance un appel à la solidarité. Très vite, une entraide a vu le jour : des parents d’élèves et des amis ont relayé l’information et font un appel aux dons.

    Une urne a été déposée à l’école pour récolter des dons, un numéro de compte (Pour un don : BE60 3770 2966 5970) a largement été diffusé et des ventes de crayons personnalisés sont prévues au sein de l’école.

    Source : http://www.lalibre.be/actu/belgique/430-000-euros-pour-sauver-sacha-10-ans-594b81bccd70530690c12c8a#.WUvPcmAfTNw.facebook

     


    votre commentaire
  • Attentat déjoué grâce à nos militaires à la Gare Centrale de Bruxelles hier en soirée.

    Le terroriste qui a fait exploser la valise piégée a été abattu par les militaires au moment où il criait "Allah Akbar".

    Il est, heureusement, la seule victime de cet attentat raté qui aurait pu provoquer d'énormes dégâts si cela s'était passé au milieu des voyageurs.

    Bruxelles : Attentat déjoué gare centrale grâce à nos militaires


    votre commentaire
  • On a testé des cadenas pour vélos, lesquels résisteront au vol (vidéo) ?

    C'est le retour du beau temps et des longues balades à vélo, alors si on pensait à bien sécuriser nos vélos, histoire de pouvoir faire une pause en toute sécurité. Le vélo, on peut tout simplement l'attacher à un poteau avec un cadenas mais quel cadenas acheter?

    Lors de l'achat d'un cadenas, il faut être attentif à son indice de résistance. Selon Pro Vélo, il est conseillé de ne pas descendre en dessous du niveau 7.

    Six cadenas, dont le prix varie de 7 à 22 euros, ont été soumis à l'appréciation de cyclistes sans donner d'information sur leur prix.

    Les cadenas passent le test

    Les deux cadenas sélectionnés par les cyclistes sont les moins chers, 7 euros, parce que plus compacts et plus légers. Mais sont-ils résistants au vol? Avec les six cadenas bien accrochés sur le cadre d'un vélo, nous nous sommes rendus chez un carrossier pour un test grandeur nature.

    Première tentative, faire sauter les cadenas avec un marteau, un coup suffira pour deux cadenas, les moins chers (ceux plébiscités par nos cyclistes). Les cadenas bon marché ne tiennent pas la route! À l'aide d'un objet pointu et toujours d'un marteau, nous arriverons à ouvrir deux autres cadenas.

    Sur les six cadenas, seulement deux résistent, les plus chers, 20 et 22 euros pièce.

    Scie métallique manuelle et pneumatique, sans succès le métal est de qualité, ces deux cadenas, nettement plus lourds, ne céderont pas.

    Nous en viendrons, finalement, à bout mais il aura fallu l'aide d'un écarteur et de plus de 500 kg de traction.

    Pour Pro Velo, il y a trois critères qui devront être déterminants dans le choix d'un bon cadenas. Il faudra y mettre le prix, opter pour les cadenas avec un certain poids mais aussi être très attentif au niveau de la fixation et donc éviter toute forme de jeu.

    Vidéo "On n'est pas des pigeons RTBF" :

    https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/on-a-teste/detail_on-a-teste-des-cadenas-pour-velos-quels-cadenas-acheter?id=9286720


    votre commentaire
  • « J’ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris », a expliqué le président américain Donald Trump, jeudi 1er juin, utilisant la cité industrielle de l’est américain (Pennsylvanie) pour justifier le retrait de l’accord de Paris sur le climat.

    « En tant que maire de Pittsburgh, je peux vous assurer que nous suivrons les directives de l’accord de Paris pour nos administrés, notre économie et notre avenir », a assené Bill Peduto.

    Ci-dessous, Pitttsburg à l'âge d'or du charbon et son nuage éternel.

    Pittsburg durant l'âge d'or de l'industrie du charbon

    Pittsburg durant l'âge d'or de l'industrie du charbon

    Pittsburg durant l'âge d'or de l'industrie du charbon


    votre commentaire
  • La princesse Astrid aurait dû prendre quelques leçons auprès de notre bourgmestre quant à l'utilisation correcte d'un revolver d'alarme ! Cela aurait évité à Charles Michel de souffrir d'acouphène.

    Olivier Maingain sait, lui, comment se servir d'un revolver alarme

    Olivier Maingain sait, lui, comment se servir d'un revolver alarme

     Source : http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/olivier-maingain-surpris-en-train-de-tirer-sur-les-avions-qui-passent--a107886088

     


    votre commentaire
  • Il continuera à faire chaud les prochains jours. Si vous remarquez un animal domestique dans une voiture fermée, avertissez la police via le 112 ou le 101 !!

    Un chien enfermé dans une voiture sous le soleil meurt en quelques minutes !

    C'est le retour du soleil, mais attention pendant que certains « boivent des bulles, d’autres brûlent et meurent », comme nos toutous dans les voitures !

    Dès les premiers rayons de soleil, il ne faut jamais laisser un animal enfermé dans une voiture ! En quelques minutes, la température dans l’habitacle peut dépasser les 40°C et être fatale pour votre compagnon. Et ce, même si une ou plusieurs fenêtres sont entrouvertes ou que vous êtes garés à l’ombre, le soleil tourne vite !

    Que faire si vous voyez un chien dans ces conditions ?

    Vous venez d’apercevoir un chien enfermé dans une voiture au soleil ?. Appelez immédiatement la police locale. 

    Vous estimez que la situation est urgente et vous ne pouvez pas attendre les secours ? N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien ». Mais malheureusement cette bonne action engageant votre responsabilité, le propriétaire du véhicule pourra se retourner contre vous et porter plainte pour « effraction.

    Info utile en cette période de forte chaleur


    votre commentaire
  • Elle s'appelle Moueddene Lamya et son post que j'ai découvert sur un groupe Facebook woluwéen, m'a interpellé.

    Son rêve serait de réaliser un flashmob en hommage à son idole Michael Jackson. J'ai trouvé son idée sympathique et me suis autorisé à relayer son message sur mon blog.

    Voici ce qu'elle a écrit

    "Michael Jackson en flashmob.... sur notre commune, ou ailleurs!

    "Bonjour à tous,

    Qui parmi tous les facebookers belges et/ ou bruxellois, étaient, sont et seront toujours de grands fans de MICHAEL JACKSON ?

    Je propose à tous ceux qui voudront bien me répondre, de lui rendre hommage en faisant un flashmob.

    Liker mon annonce, c'est bien mais participer à ce flashmob, c'est encore mieux.

    Que ceux qui étaient, sont et seront toujours fans de Michael Jackson et qui seraient intéressés par ce flashmob me répondent par MP, sur ma page facebook.
    J'aimerais que cela se fasse annuellement pour honorer la mémoire de ce grand artiste, génie musical du 20ème siècle.
    Je sais que là où il est, il serait content de voir qu'on ne l'oublie pas. Ce serait un peu la fête annuelle " Michael Jackson".
    Si vous êtes OK avec ça, j'attends vos messages et répondez-moi en masse.

    Retrouvez-moi sur facebook en cliquant sur le lien que voici : 

    https://www.facebook.com/atswjt?fref=ufi

    Merci. "

     


    votre commentaire
  • Dix idées reçues sur l’alimentation de votre chatLe chat est réputé délicat. Pourtant, on lui prête souvent des besoins qu’il n’éprouve pas forcément. Quelques pistes pour bien le nourrir.

    Tout est question de qualité nutritionnelle et de quantité servie, mais aussi de certaines conditions sur lesquelles les maîtres ne sont pas forcément au point.

    L’endroit où mon chat prend ses repas a une importance.

    VRAI. Il doit absolument se sentir en sécurité, donc dans un lieu tranquille, pas un endroit de passage. Le chat étant extrêmement sensible aux odeurs, sa gamelle doit être propre et éloignée le plus possible de sa litière.

    Je peux laisser de la nourriture en permanence, mon chat sait se réguler.

    VRAI et FAUX. Comme ses ancêtres sauvages, le chat domestique fractionne ses prises alimentaires et peut faire de dix à vingt repas quotidiens, de jour comme de nuit. Seulement, tout est question de quantité et d’apport énergétique.

    C’est pâtée ou croquettes, mais jamais les deux en alternance.

    FAUX. La plupart des vétérinaires conseillent désormais la binutrition (mixed-feeding, en anglais). Par exemple, un petit pochon d’aliments humides le matin et le soir, et dans la journée une dizaine de grammes de croquettes en libre-service.

    C’est bien de changer régulièrement de variétés pour sa nourriture.

    FAUX. Rien ne l’impose. En revanche, que le chat soit habitué à varier les plaisirs présente l’avantage de ne pas risquer de lui donner au quotidien un aliment aux piètres qualités nutritionnelles, et ainsi d’éviter des carences ou des problèmes liés à la digestion. Par exemple, un chat nourri de croquettes fabriquées avec beaucoup de carcasses et très peu de viande sera facilement constipé et peut risquer une occlusion intestinale. Mais attention, un chat prend vite goût à la variété des repas et risque de snober sa nourriture si les menus variés cessent !

    Le goût est primordial pour qu’il apprécie un aliment.

    FAUX. Ce qui fait aller le chat vers un aliment, c’est d’abord son odeur – il est cent fois plus réceptif aux odeurs que nous, alors que ses papilles gustatives sont bien moins développées. La température de l’aliment a aussi son importance. À servir de préférence proche de sa température corporelle (38 °C) – comme les proies dans la nature – ou à température ambiante. Un léger réchauffement peut favoriser la prise alimentaire chez certains félins. Le chat choisira ensuite un aliment pour sa facilité de préhension, sa texture et, bien sûr, son goût.

    Carnivore, le chat ne peut pas être allergique à des protéines animales.

    FAUX. En plus de pouvoir souffrir d’intolérances alimentaires, comme avec l’amidon que contiennent les croquettes ou le lactose, le chat peut être allergique à certaines protéines (bœuf, volaille…). Les symptômes : des troubles cutanés (il se gratte la face, le cou, le ventre), des rougeurs sur la peau, de la diarrhée… Il faut consulter le vétérinaire qui instaurera un régime dit d’évitement pour déterminer l’origine de l’allergie.

    Le fait de se frotter ou de miauler près de la cuisine signifie qu’il a faim.

    VRAI et FAUX. Vocalises et frottements sont souvent interprétés comme des appels à la nourriture, alors que ce n’est pas forcément le cas. Du coup, le maître donne à manger, et le cercle vicieux commence. Le chat associe l’attitude de son maître à une récompense pour sa recherche d’attention, et c’est parti…

    S’il y a plusieurs chats dans le foyer, chacun doit avoir sa gamelle.

    FAUX. À l’inverse de chez les chiens, le repas n’est pas une valeur sociale et le chat n’est pas soumis aux règles hiérarchiques. Il demeure un chasseur solitaire et peut partager sa gamelle. Toutefois, deux chats d’un même foyer peuvent ne pas avoir les mêmes besoins (selon leur âge, d’éventuels problèmes de santé…).
    Certains chats ont des difficultés avec certaines formes de croquettes.

    VRAI. Pour les chats à la gueule écrasée, comme les persans, l’exercice peut être délicat : s’ils préfèrent certaines croquettes à d’autres, c’est peut-être en raison de leur forme, pas de leur goût.

    Les croquettes pour chaton ne servent à rien.

    FAUX. Jusqu’à la fin de sa croissance – à neuf mois environ –, le chaton a besoin d’une alimentation très riche en protéines et en matières grasses, comme la femelle gestante ou allaitante. Attention, nourriture plus riche ne signifie pas double ration !

    Source : http://www.60millions-mag.com/2017/05/23/dix-idees-recues-sur-l-alimentation-de-votre-chat-11154


    votre commentaire
  •               Cinquante ans déjà!

                       251 morts 

                       63 blessés

    L'INNO : 22 mai 1967 - 22 mai 2017, cinquante ans déjà !

    Lundi 22 mai 1967 vers 13 heures : Les grands magasins "A L’Innovation" sont ravagés par un incendie d’une violence exceptionnelle.  Plus de 150 pompiers ont été mobilisés.  Ils ont dénombré 323 morts, 150 blessés et ils ont dû lutter pendant huit heures contre un enfer de plus de 10.000 mètres carrés.

    Belgique : Le 22 mars 1967, la Belgique connaissait sa plus grande catastrophe.... L'incendie de l'Innovation

     « Ne sautez pas, nous amenons les échelles », crie un sauveteur à l’adresse d’une jeune femme en proie à une violente crise de nerfs.  Les flammes lèchent la fenêtre du deuxième étage, par laquelle elle vient de s’extirper du brasier.  Sa robe et son visage portent les stigmates de sa fuite désespérée, d’une lutte pour la vie menée au sein d’une foule prise de panique.  Elle s’approche du rebord de la corniche.  Elle pleure.  Elle s’élance dans le vide et s’écrase au pied de l’échelle à demi déployée.  D’autres corps, dont ceux de jeunes enfants, jonchent déjà le sol.

    Belgique : Le 22 mai 1967, la Belgique connaissait sa plus grande catastrophe.... L'incendie de l'Innovation


    Belgique : Le 22 mai 1967, la Belgique connaissait sa plus grande catastrophe.... L'incendie de l'Innovation

     Article complet à découvrir sur l'excellent blog bruxellois :

    http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/incendie-innovation-catastrophe/

    Belgique : Le 22 mai 1967, la Belgique connaissait sa plus grande catastrophe.... L'incendie de l'Innovation

     Liens utiles : http://www.dhnet.be/actu/faits/l-irm-exhume-un-document-de-1967-sur-l-incendie-de-l-innovation-59136814cd702b5fbe7e4c1c#.WRQYhoBtTlw.facebook

    Vidéo "La dame au sac retrouvée 50 ans après"                      https://www.dailymotion.com/video/x5ktqlt_la-dame-au-sac_school

    L'INNO : 22 mai 1967 - 22 mai 2017, cinquante ans déjà !

     

     

    Découvrez sur ce blog woluwéen, un autre article plus complet 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/incendie-de-l-inno-la-dame-au-sac-a-ete-retrouvee-50-ans-plus-tard-vid-a130134750

     

    L'INNO : 22 mai 1967 - 22 mai 2017, cinquante ans déjà !

    L'INNO : 22 mai 1967 - 22 mai 2017, cinquante ans déjà !

    L'INNO : 22 mai 1967 - 22 mai 2017, cinquante ans déjà !


    votre commentaire
  •                          Les vols de nuit volent nos nuits

    Survol de Bruxelles : Le sommeil des Bruxellois ne vaut pas une crise gouvernementale

     Article qui en dit long sur l'actuel gouvernement et sa gestion du problème

    "Il n'est plus possible d'attendre." "On ne voit toujours rien venir." "Mais que fait donc le ministre de la Mobilité François Bellot ?"

    C'est à peu près en ces termes que, selon nos sources, des bourgmestres et parlementaires MR du Brabant wallon, de Bruxelles et de communes à facilités ont tout récemment tenté de faire comprendre à Charles Michel qu'il était urgent de trouver une solution structurelle aux nuisances sonores des avions. Ces élus sont exaspérés de recevoir sans cesse des mails de riverains survolés en colère.

    Survol de Bruxelles : Le sommeil des Bruxellois ne vaut pas une crise gouvernementale Le Premier ministre aurait répondu qu'il ne pouvait rien entreprendre sans se mettre à dos ses partenaires flamands de la majorité, N-VA et CD&V en tête. Ce dossier ne vaut pas une crise gouvernementale, aurait-il laissé entendre. Voilà qui rappelle, lors des débats houleux de 2004 autour du très controversé plan Anciaux de "dispersion des nuisances", la petite phrase prononcée par le vice-Premier ministre MR, un certain Louis Michel : " Le sommeil des Bruxellois ne vaut pas une crise gouvernementale. "
     

    Source : Olivier Rogeau, journaliste au Vif/L'Express 




    votre commentaire
  • L’entrée dans les centres commerciaux bientôt payante

    L’idée pourrait faire son chemin, les grands centres se muant en lieux de détente.

    Payer pour faire son shopping ! A priori, l’idée paraît complètement farfelue, voire insensée. Et pourtant, selon les experts du retail, cela pourrait bien être une réalité un jour. C’est en tout cas ce que pense Pascal Libyn, de Partner Mojo Retail designers. "Je ne dis que c’est quelque chose qui doit ou qui va se faire, mais c’est en tout cas quelque chose qu’on peut ou doit envisager."

    Du côté des consommateurs, cela risque cependant de faire grincer des dents. "Je comprends que certains pourraient dire que cela n’a pas de sens, mais il faut savoir qu’on paie déjà indirectement un droit d’entrée, ne fut-ce que via le parking."

    Et Pascal Libyn de pousser le bouchon un peu plus loin en osant la comparaison entre un centre commercial et un parc d’attractions. "De nombreuses personnes se rendent au shopping sans effectuer le moindre achat dans une boutique. Pour elles, fréquenter le centre commercial s’assimile à un moment de détente. Quand on va dans un parc d’attractions, un zoo, un musée ou visiter une exposition, on paie un droit d’entrée sans sourciller. Alors si un shopping propose un rassemblement de boutiques et de concepts horeca exclusifs, des animations, des pop-up stores, des expositions temporaires et d’autres événements, pourquoi ne pourrions-nous pas envisager un droit d’entrée ? Il ne faut pas oublier que l’ensemble de ces services représentent une expérience, un bon moment."

    Mais à quoi servirait l’argent de ce droit d’entrée? "Il y a différentes manières de l’exploiter. On pourrait envisager que le client se verrait rembourser son ticket en effectuant un achat dans un des commerces du shopping ou que l’argent serve à faire baisser les loyers et rendre les espaces commerciaux plus accessibles et assureraient une plus grande diversification de l’offre."

    Pascal Libyn est cependant bien conscient que cette idée a tout pour choquer. "C’est une idée à creuser, rien de plus. Je ne sais pas si le projet UPlace verra le jour, mais il faut bien se rendre compte que ce sera davantage un centre de loisirs avec des boutiques que l’inverse. Alors pourquoi ne pas faire payer un droit d’entrée, comme dans tous les parcs d’attractions qui regorgent de boutiques et restaurants ?"

    "Première nouvelle !"

     Jurgen De Gelas, Shopping Manager City 2

    "Faire payer l’entrée au shopping est quelque chose dont je n’ai jamais entendu parler. Je n’ai jamais pensé à une telle chose et je ne sais d’ailleurs pas quoi en penser. Je ne pourrais donc pas dire si c’est quelque chose de réellement faisable ou envisageable. En tout cas, pour le moment, ce n’est pas du tout quelque chose que nous envisageons ou que nous nous apprêtons à mettre en place."

    Source : http://www.dhnet.be/conso/consommation/l-entree-dans-les-centres-commerciaux-bientot-payante-590b54d1cd702b5fbe613f25

     

    votre commentaire
  • L'Arabie Saoudite dans la commission des droits des femmes de l'ONU

     

    Le gouvernement, par la voix de Charles Michel, a regretté ce jeudi à la Chambre le vote de la Belgique, en début de semaine, pour l’entrée de l’Arabie saoudite dans la Commission du droit des femmes de l’ONU.

    L’Arabie saoudite a obtenu le feu vert de 47 des 54 États membres du Conseil économique et social des Nations unies, dont fait partie la Belgique.

    Hier, en commission des Affaires étrangères du Parlement, Didier Reynders n’a pas indiqué clairement si la Belgique avait voté « pour » l’élection de l’Arabie saoudite (et 12 autres Etats) mais l’a fortement sous-entendu, tout en précisant qu’il n’avait pas été tenu au courant et que la décision est intervenue en urgence de la part des diplomates à New York.

    Le sujet a mis le feu aux questions au gouvernement, à la Chambre ce jeudi. Pas moins de 11 interventions étaient prévues sur le sujet. L’opposition a critiqué la position belge et demandé des éclaircissements à Charles Michel.

    Le Premier ministre a confirmé que les diplomates avaient voté « oui » : «  La plupart du temps, cela se passe sans besoin de voter. Il est très courant, au sein de l’ONU, que la désignation de pays au sein des organismes se passe sans vote lorsqu’il y a autant que candidats que de postes à pourvoir. S’agissant de cette élection, provoquée de manière inhabituelle par les États-Unis : nous avons été informés en urgence de ce vote, nous n’avons eu que quelques heures pour y répondre. Je regrette ce vote. Si c’était à refaire, le gouvernement aurait plaidé pour qu’il n’y ait pas le soutien (à l’Arabie saoudite), il n’y a aucune ambiguïté là-dessus. J’ai donné des instructions afin qu’à l’avenir l’appréciation politique de ce type de dossier ait lieu au plus haut niveau. Il faut redoubler d’efforts pour promouvoir le droit des femmes.  »

    « C’est un scandale ! »

    Si les regrets du Premier ministre ont été bien accueillis, y compris par l’opposition, d’autres pointent un potentiel «  mensonge  » du ministre des Affaires étrangères, la veille en commission. Gwenaëlle Grovonius, pour le PS, se déclare «  pas fière de [s]a Belgique  ». «  Se pose la question de la démission éventuelle de Didier Reynders, qui nous a menti hier en commission en nous disant qu’il n’était pas au courant du vote. C’est un scandale !  »

    Source : http://www.lesoir.be/1491769/article/actualite/belgique/politique/2017-04-27/arabie-saoudite-et-droit-des-femmes-l-onu-charles-michel-regrette-oui-be

    Lien utile :

    https://francais.rt.com/international/37681-arabie-saoudite-commission-droits-femmes-onu-belgique-regrette-wikileaks-mele

     

    votre commentaire
  • BPOST : Pas de courrier sans le numéro de la boîte ! Le saviez-vous ?J'ai, tout récemment, envoyé une lettre de réclamation à BPOST car certaines des correspondances adressées à mon adresse postale étaient retournées à l'expéditeur. Voici la réponse.

    Monsieur,

    Nous tenons à vous signaler que, selon la réglementation postale, les agents distributeurs (facteurs) travaillent uniquement en fonction de l'adresse indiquée sur les envois et non au nom car ils ne disposent plus du temps nécessaire pour rectifier les adresses incomplètes/incorrectes. Nous vous invitons à afficher bien en vue le numéro de la maison et le numéro de boîte éventuel, de préférence sur la boîte elle-même.

    Nous vous informons également qu'en n'indiquant pas les coordonnées complètes du destinataire sur les envois, à savoir le numéro de boîte, l'expéditeur prend le risque de voir son envoi retourné ou être mis au rebut avec la mention "adresse insuffisante". Je vous invite dès lors à rappeler à vos correspondants qu'à l'avenir ils régularisent la situation et mettent bien en évidence le numéro de boîte.

    Nous vous prions d'agréer l'assurance de notre considération distinguée.

    Les facteurs sont-ils malléables et corvéables à merci ?

     

    Liens utiles : 

    https://forum.quechoisir.org/le-numero-de-l-appartement-dans-l-adresse-t43610.html

    http://www.bpost.be/site/fr/residential/letters-cards/send/addressing.html


    votre commentaire
  • Pensée bruxelloise


    votre commentaire
  • "Dans le cadre d'un projet de géographie, nous aimerions voir jusqu'où peut aller une photo partagée sur un réseau social.
    Nous surveillerons au jour le jour avec les élèves le voyage de notre image. Nous vous remercions par avance de participer en partageant cette photo et en indiquant le lieu d'où vous la partagez."

    Voici l'idée géniale de cette classe qui a voulu savoir qui partagerait son projet de "le voyage de notre image".

    A l'heure où j'écris cet article, 591.509 internautes ont partagé ce dessin fédérateur et plus de 108.000 internautes (USA, Martinique, Russie, Australie, Mexique, Sénégal, Canada, Thailande, Angleterre, Cameroun...) ont écrit un commentaire 

    Si vous voulez, vous aussi, contribuer au déjà succès sympathique de cette classe française, cliquez sur : 

    https://www.facebook.com/La-classe-dAngie-261518814291663/?hc_ref=PAGES_TIMELINE&fref=nf

    à la date/publication du 9 mars

     

    Soutenez l'idée géniale de "La Classe d'Angie"

     

     

    Je voulais remercier tous ceux qui ont déjà participé j'ai lu le plus de commentaires possibles pour voir la portée du message et pouvoir l'exploiter dès lundi en classe. J'ai tous les éléments en main pour montrer aux enfants qu'un message posté sur un réseau social peut aller loin mais aussi qu'on ne peut pas forcément le contrôler.
    Je viens également de constater qu'une personne avait copié toutes mes images pour recréer la même page et j'en parlerai aux élèves pour leur expliquer qu'une image postée peut facilement se retrouver partout sur la toile.
    Encore merci à tous ceux qui ont participé je partagerai avec vous l'exploitation faite en classe.


    votre commentaire
  • Peut-on stationner devant un garage sans risque d'amende ou d'envoi de dépanneuse ? Garages, entrées de garage, portes cochères: quelles sont les règles auxquelles les automobilistes doivent se soumettre ? La réponse en 8 points.

    1. Stationnement interdit

    Le code de la route est sans équivoque. Il stipule qu’il est interdit de mettre un véhicule en stationnement devant les accès carrossables des propriétés, à l'exception des véhicules dont le signe d'immatriculation est reproduit lisiblement sur ces accès; (25.1 paragraphe 3)

    Autrement dit, il est interdit de stationner votre véhicule devant un garage, une entrée de garage ou une voie carrossable, à moins qu’un panneau ne mentionne clairement votre plaque d’immatriculation.

    2. Je risque donc une amende?

    Tout à fait. Ce genre d’infraction constitue une infraction de 1ère catégorie. Vous pouvez donc faire l’objet d’un procès-verbal. Vous recevrez ensuite une proposition de perception immédiate de 55 euros!

    3. Même si le propriétaire n’appelle pas la police?

    Une des missions des agents de police est de constater les infractions au Code de la route et de dresser procès-verbal. Si une patrouille constate que votre véhicule est stationné devant un garage, elle peut donc décider de verbaliser. En pratique, cependant, cela arrive presque toujours à la demande du propriétaire du garage.

    4. Et la dépanneuse?

    Peut-on stationner devant un garage sans risque d'amende ou d'envoi de dépanneuse ? En théorie, le propriétaire du garage peut effectivement demander à la police de faire enlever le véhicule qui l’empêche d’entrer ou de sortir du garage. Mais la police n’est pas obligée de s’exécuter. Tout dépendra de la situation, ainsi que des instructions que la police a reçues.

    Mais ne vous croyez pas à l’abri pour autant. Si votre comportement incivique cause un préjudice au propriétaire du garage, il pourrait vous intenter un procès et réclamer des dommages et intérêts. Un exemple? Si l’automobiliste est obligé de prendre un taxi pour se rendre à l’aéroport ou à un rendez-vous d’affaires, il pourra vous réclamer le montant déboursé. Et les frais de justice seront à votre charge! Et si la police est venue constater l’infraction, vous aurez en outre une amende à acquitter.

    5. Arrêt autorisé?

    Par contre, le Code de la route fait une différence entre l’arrêt et le stationnement. S’arrêter signifie immobiliser son véhicule pendant le temps requis pour l'embarquement ou le débarquement de personnes ou de choses. Et puisque l’article 25.1 stipule clairement que c’est la stationnement qui est interdit, s’arrêter devant un garage ne l’est pas.

    6. À quelle distance?

    Le Code de la route est muet sur le sujet. En principe, vous avez donc le droit de vous garer tout contre le garage. Mais s’il est clair que cela empêchera l’entrée ou la sortie du garage (par exemple dans une ruelle étroite ou parce que l’entrée elle-même est étroite), il vaut mieux prévoir un peu de distance.

    7. Oui, mais une porte cochère ou un parking privé, alors?

    À partir du moment où il est possible à un véhicule de passer de la voie publique à une propriété privée, l’entrée ou la porte cochère représente un accès carrossable. Mieux vaut donc éviter de vous y garer. Même avec l’autorisation du propriétaire (à moins qu’il n’ait mentionné votre numéro de plaque devant cet accès).

    8. Et si ce garage n’est pas ou plus utilisé ?

    Si le garage est temporairement hors d’usage, par exemple parce que son propriétaire n’a pas de voiture ou utilise son garage comme espace de stockage, l’interdiction de stationner reste d’application. En effet, le propriétaire peut décider à tout moment d’utiliser à nouveau son garage pour y garer son véhicule ou celui d’un ami ou d’un proche.

    Si le garage est définitivement hors d’usage et qu’il n’est plus possible d’y stationner une voiture, alors il ne s’agit plus d’un accès carrossable, et il n’y a donc plus d’interdiction de stationnement. C’est par exemple le cas si le propriétaire y a fait installer une chaudière, ou qu’il a construit un mur ou un escalier derrière la porte d’accès.

    Source : https://www.touring.be/fr/articles/stationnement-le-point-sur-les-garages-et-les-entrees-de-garage

    Lien utile : https://www.permisdeconduire-online.be/parkerenwet4.htm

     


    votre commentaire
  • Des particules de micro-plastiques dans les sel marin après les moules et les crevettes

    C’est principalement le sel marin de fabrication artisanale qui contient des micro particules de plastique. C’est ce qu’il ressort d’une étude réalisée par le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, en partenariat avec l’Instituut voor Landbouw, Visserij en Voedingsonderzoek (ILVO). Ces micro-plastiques présents dans l’alimentation constituent un phénomène assez nouveau. A l’heure actuelle, il n’existe encore aucune norme pour fixer des seuils acceptables de micro-plastiques dans le sel marin. Ces dernières années, les autorités belges ont pris diverses mesures pour diminuer les déchets plastiques en mer. Beaucoup d’actions nouvelles sont également en préparation.

    Plusieurs études ont déjà montré la présence de micro-plastiques dans les moules, les crevettes, … Les chercheurs belges ont maintenant passé le sel marin à la loupe. Dans 15 échantillons de sel achetés dans des magasins belges et provenant de régions différentes, des micro-plastiques ont été trouvés.  

    Les micro-plastiques sont de très petites particules. Leur taille varie : elles peuvent être invisibles à l’oeil nu ou mesurer jusqu’à 5 mm. On les trouve dans les dentifrices, cosmétiques et détergents. Ils peuvent aussi provenir de l’usure ou de la dégradation dans la nature des pneus en caoutchouc, des emballages et des bouteilles en plastique ou encore des lessives. Via les rivières, ils sont transportés jusqu’à nos mers et océans. Ces particules de plastiques ne peuvent se désagréger et contiennent des substances toxiques (des agents plastifiants ou des colorants) qui se libèrent au contact de l’eau. De plus, ils absorbent facilement les polluants présents dans l’eau.

    LES RÉSULTATS DE L’ÉTUDE

    Le sel standard de nos magasins contient très peu de micro-plastiques. Ce sel est lavé et filtré plusieurs fois ; éliminant ainsi quasiment toutes particules de plastique. Dans les sels de fabrication artisanale, comme la fleur de sel, qui sont récoltés de manière manuelle et conditionnés sans être lavés, la quantité de micro-plastiques varie fortement (de quasi aucune particule jusqu’à des niveaux élevés).

    Vraisemblablement, la pollution locale du lieu d’extraction joue également un rôle. D’après les échantillons, ce sont les sels marins de la mer Méditerranée - particulièrement polluée par les plastiques - qui présentent les plus mauvais résultats.

    LES RISQUES POUR LA SANTÉ PUBLIQUE

    Quel que soit le procédé de fabrication, artisanal ou industriel, tous les fabricants de sel doivent respecter des normes relatives aux impuretés dans le sel marin. Les quantités de micro-plastiques observées dans l’étude ne semblent pas contrevenir à ces normes (ni pour le sel artisanal ni pour le sel industriel).

    Il n’existe encore aucune norme spécifique pour les micro-plastiques. Récemment, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a déclaré que, vu le peu de recherche scientifique menée sur le sujet, on ne pouvait tirer aucune conclusion concernant le danger pour la sécurité alimentaire et la santé publique. Elle a également appelé les Etats Membres à lancer davantage de recherches sur les micro-plastiques dans l’alimentation. C’est pourquoi le SPF a fait des propositions à ses partenaires afin d’inclure ce thème dans son prochain programme de recherche.

    L’IMPACT DES MICRO-PLASTIQUES SUR L’ENVIRONNEMENT

    Les déchets plastiques peuvent être dangereux pour les animaux marins: les mammifères marins et les oiseaux peuvent s’y empêtrer, s’y emmêler ou encore en avaler de grands morceaux. Les parties plus petites sont tout aussi dangereuses notamment pour les organismes marins tels que les poissons, crustacés de petite taille et crevettes, … Les morceaux ingurgités donnent rapidement une sensation de satiété ; les animaux mangent donc moins, s’affaiblissent allant jusqu’à mourir de faim. Même les plus petits organismes de la chaîne alimentaire (comme le plancton ou les algues) absorbent ces particules ; impactant l’ensemble de l’écosystème des mers et des océans. Ainsi, la pollution par les plastiques se retrouve jusque dans notre assiette.

    QUE FAIT NOTRE PAYS CONTRE LES MICRO-PLASTIQUES ?

    Tout d’abord, notre pays prépare un Plan d’action national contre les déchets marins qui comporte tant des actions ciblées sur les macro-plastiques que sur les micro-plastiques. Grâce à la collaboration intensive de tous les secteurs actifs en mer du Nord, la Belgique va pouvoir lutter contre la pollution plastique en mer.

    La Belgique participe également à la campagne CleanSeas des Nations-Unies (UNEP) qui appelle à prendre des mesures pour diminuer les quantités de plastique. Cette campagne veut limiter ou interdire l’utilisation de tous les produits en plastique à usage unique ou qui ne peuvent être recyclés. L’industrie sera encouragée à chercher activement des solutions ; un échange des bonnes pratiques est prévu. Des actions de formation des pêcheurs et de sensibilisation du grand public (nettoyage des plages, campagne dans les communes de la côte) seront également menées. 

    Cette année, un accord sectoriel sera conclu avec les producteurs de produits de soins afin de diminuer le recours aux micro-plastiques. Les fabricants ajoutent des micro-plastiques dans leurs produits pour diverses raisons. Dans les cosmétiques, ils assurent une meilleure adhérence avec la peau ; rendent les rides du visage moins visibles ;  sont utilisés dans les scrubs et dentifrices comme agents de gommage ou de blanchiment. Pour la plupart de ces applications, des alternatives plus respectueuses de l’environnement, fabriquées avec des ingrédients naturels,  sont disponibles.

    Les autres secteurs sont également encouragés à utiliser les micro-plastiques avec plus de précautions. Il s’agit notamment des fabricants d’objets en plastique, de l’industrie des produits chimiques et pharmaceutiques, des entreprises de recyclage ou d’entretien qui utilisent des micro-plastiques pour leur action de sablage. Les autorités fédérales ont également édité un manuel destiné à différents secteurs industriels dans le but d’éviter que les micro-plastiques ne se retrouvent dans le milieu naturel. La promotion de ce manuel va débuter prochainement.  

    ET MOI, QUE PUIS-JE FAIRE ?

    • Je ne jette aucun déchet, sac et bouteille en plastique dans la nature et j’utilise un sac à provision réutilisable, une gourde ou encore une boîte à tartines ;  
    • J’évite de laisser les ballons en plastique s’envoler ;
    • Je ne jette pas de lingette dans les toilettes ;
    • J’évite d’acheter des dentifrices, des scrubs et d’autres produits de soins qui contiennent des micro-plastiques.

    Découvrez ces gestes et d’autres encore dans la rubrique Mer du Nord et océans

    Pour plus d’infos, consultez l’étude : La présence de micro-plastiques dans le sel marin : screening des échantillons (uniquement en NL)

    Lien utile : http://www.micro-plastic.net/francais.htm


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique