• C’est comme une branche d’arbuste de la longueur d’un bras. Ce phasme d’une espèce encore inconnue il y a peu est désormais visible au Museum des Sciences naturelles à Bruxelles. Il est le second insecte le plus grand du monde.

    Voici le deuxième plus grand insecte au monde: vous pouvez le voir au Museum des Sciences naturelles

    Voici le deuxième plus grand insecte au monde: vous pouvez le voir au Museum des Sciences naturelles

     

    Source : http://www.lavenir.net/


    votre commentaire
  • Un Britannique d'origine chinoise s'est vu retiré un ver qui vivait dans son cerveau depuis 4 ans. Une infection parasitaire courante en Asie, qui affecte la peau et les muscles, et plus rarement le cerveau.

    Comment faire pour avoir un ver dans le cerveau ?Un homme de 50 ans d'origine chinoise, résidant au Royaume-Uni depuis 20 ans a enfin eu l'explication de ses maux de têtes, de ses troubles de la mémoire ou encore de ses crises d'épilepsie, dont il souffrait depuis quatre ans.

    Une ultime biopsie faisant suite à des années d'examens cérébraux infructueux a révélé que le patient était atteint de sparganose cérébrale : une larve vivante de Spirometra erinaceieuropaei, un ver plat proche du ténia, avait colonisé son cerveau.

    Le ver long de 10 cm « voyageait » dans plusieurs régions cérébrales, donnant lieu à divers affections en fonction de la zone touchée. C'est ce qui a fait trainer le diagnostic aussi longtemps, les scientifiques ne savant plus où donner de la tête en observant l'œdème se déplacer. Le vers a ainsi bougé d'au moins 5 cm en quatre ans, en passant de l'hémisphère droit au gauche selon son gré.

    Heureusement pour ce quinquagénaire, le ver a été retiré sans encombre, et un traitement antiparasitaire lui a été administré afin d'éviter le risque de récidive et de tuer les autres vers potentiellement cachés dans son cerveau.                                         

    Plusieurs types de contamination possibles, fréquents en Asie

    Si le patient résidait en Grande-Bretagne, il effectuait souvent des voyages en Chine, son pays d'origine, dont certaines habitudes culinaires et médicales favorisent l'infection.

    Le cycle de vie du parasite spargana implique au moins trois hôtes : chiens et chats sont ses hôtes définitifs, puisque ces carnivores l'hébergent dans leurs intestins. Les œufs évacués par leurs excréments sont ensuite mangés par des cyclops, de minuscules crustacés qui peuplent les eaux des rivières. Ces derniers sont à leurs tours ingérés par des grenouilles ou des serpents, dont la chair crue est consommée en Asie.

    La médecine traditionnelle asiatique peut également être source de contamination, puisque des cataplasmes de chair de grenouille ou de serpent possiblement infectés sont appliqués sur les plaies cutanées ouvertes ou sur les yeux.

    Le parasite à l'état larvaire rentre alors dans la peau, gagne le tissu sous-cutané, le muscle, ou migre vers les yeux, la moelle épinière ou vers d'autres organes. Plus rarement, il atteint le cerveau et entraine une inflammation chronique.                           

    300 cas recensés depuis 60 ans, dont deux en France

    Le premier cas rapporté de sparganose remonte à 1882 en Chine. Depuis 60 ans, 300 cas ont été décrits dans la littérature médicale, dont quatre en Italie et deux en France, en 1977 et en 1999. Cependant, ce cas de spargaonose cérébrale semble être le premier en Europe, même si l'infection semble avoir été contractée en Asie.

    Le parasite identifié dans ce dernier cas britannique a été confié à des chercheurs afin de séquencer le génome de ce type de ténia, et d'identifier les cibles médicamenteuses efficaces pour éradiquer l'infection à coup sûr.

    Les auteurs ont par ailleurs déclaré qu' « avec l'augmentation de la mobilité mondiale, les infections de ce type peuvent apparaître de façon de plus en plus fréquente dans des pays où elles n'ont jamais été observées auparavant. »

    Source : http://www.topsante.com/


    votre commentaire
  •  L’Union Européenne est le 1er importateur de poisson de la planète. Elle a donc mis en place une politique commune de la pêche destinée à satisfaire les besoins – énormes – de ses consommateurs : 22,3 kilos par an et par personne, contre 16 kilos en moyenne pour le reste du monde. De là, découle un immense carnage : celui des navires usines. Enquête au coeur d’un phénomène désastreux.

    La pêche mondiale s’industrialise

    Selon les constats de plusieurs ONG, en Europe, nous engloutissons en 189 jours les réserves de poissons prévues pour 365. D’après Greenpeace, « aujourd’hui, la flotte européenne est capable de pêcher 2,5 fois en volume ce que nos mers sont en mesure de nous donner ».  Les traditionnels chalutiers familiaux sont peu à peu délaissés au profit de véritables bateaux usines, prêts à délester l’océan de toutes ses ressources. La pêche n’est ni contrôlée ni définie par des règles du jeu précises. Il y a donc une véritable surexploitation des ressources et un nombre de bateaux beaucoup trop important dans certaines zones de pêche.

    Pour visualiser le trafic des bateaux en temps réel, c’est ici : https://www.marinetraffic.com/fr/ 

    Les témoignages de certains petits pêcheurs du Nord de la France font froid dans le dos : ils racontent qu’ils sont rejoints par les bateaux usines hollandais, qui les laissent repérer et vérifier l’intérêt d’un endroit de pêche avant d’y venir et de tout rafler en quelques heures. Alors que ces derniers  auraient  pu y pêcher pendant quelques mois. La pêche électrique va-t-elle débarquer en France ?

     

    Les navires construits ressemblent à de vraies usines marines. Les Norvégiens, par exemple, ont construit l‘Atlantic Dawn, un super chalutier gigantesque pour les Irlandais. 

    Pêche – Les ravages des navires usines + videoCe navire de pêche représente à lui seul 15% des capacités de pêche d’Irlande en 2005 ! Ses sennes coulissantes font 2 fois le volume du dôme du millénaire de Londres et peuvent entrainer presque 700 tonnes de poisson par jour !

    • Problématique : ce type de navire peut capturer jusqu’à 80% de poissons qu’il ne souhaite pas pêcher. Il les rejette donc à l’eau, souvent morts.

    picto-etoile-paragraphe Pêche - Les ravages des navires usines (video)Parmi eux, des dauphins, des requins ou des tortues, souvent pris dans les filets. Un massacre grandeur XXL. A noter que ces chalutiers continuent d’être subventionnés par l’Union Européenne alors qu’ils ravagent les écosystèmes de la mer du Nord, de l’Atlantique etc.

    Pêche – Les ravages des navires usines + videoGloria est le plus grand filet de pêche au monde. On s’en sert généralement pour attraper des rougets communs sur les surfaces du milieu de l’océan Atlantique. Le tout dernier filet, en vente à Vigo, a quant à lui une ouverture de 35 800 mètres carrés. Il est suffisamment grand pour contenir une dizaine d’avions 747 ou même davantage.

    Ajouté à cela, les logiciels cartographiques des fonds marins – tels que Picatus 3D – représentent la dernière trouvaille technologique pour les chalutiers.

    Picatus 3D, par exemple, associe la technologie informatique moderne avec le traditionnel échosondeur pour obtenir encore plus d’informations à partir de sons qu’il émet et reçoit des fonds marins. Le pêcheur peut ainsi voir les profondeurs de façon virtuelle.

    fleche-Pêche - Les ravages des navires usines (video)Pour visualiser les ravages que cause cette surpêche, nous vous conseillons de visualiser le film suivant (voir lien ci-dessous). Ce dernier révèle l’horreur de la pêche au thon. Aujourd’hui, c’est la réalité de ce qui se passe en mer que nous vous dévoilons.

      Pêche – Les ravages des navires usines + video             

      https://www.youtube.com/watch?v=4Wps_d5Y08U

     

    Greenpeace classe les marques de thon sur le marché français

    L’ONG Greenpeace a interrogé et classé les principales marques de boîtes de thon vendues en France*, selon leurs performances environnementales. Vous pouvez retrouver ce classement ici : http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/oceans/arrethon/#petition.

    Et la marque qui ressort et qui est durement épinglée n’est autre que le leader du thon en boîte sur le marché français, Petit Navire.

    Petit Navire

    Article complet : 

    http://www.consoglobe.com/peche-ravages-des-navires-usines-cg/3


    1 commentaire
  •  

     
    Ils m’ont dit que ce grand Labrador noir s’appelait “Reggie”, tandis que je l’observais allongé dans son enclos. Le refuge était propre, et les gens qui y travaillaient avaient l’air sympathique. Cela faisait à peine six mois que je venais d’emménager dans cette petite ville universitaire, mais je trouvais déjà que les gens étaient chaleureux et très accueillants. Tout le monde vous disait bonjour quand vous les croisiez dans la rue.
     
    Mais une chose manquait encore à ma nouvelle vie dans ce paisible endroit, et je m’étais dit qu’adopter un chien ne me ferait pas de mal. Cela me ferait un peu de compagnie. Et j’avais vu l’annonce concernant Reggie dans un journal local. Les gens du refuge m’ont dit qu’ils avaient reçu de nombreux appels, mais que les personnes qui étaient venues jusque-là ne leur semblaient pas être des “personnes à Labrador”, pour reprendre leurs mots. Ils ont dû penser que j’étais la bonne personne.

    Mais au début, je me suis vite rendu à l’évidence et je me suis dit qu’ils m’avaient mal jugé en me confiant Reggie et les objets qui lui appartenaient, qui consistaient en une petite niche, un sac de jouets dont la plupart étaient des balles de tennis encore neuves, sa gamelle, et une lettre scellée de la part de son ancien propriétaire. En fait, Reggie et moi nous n’avons pas particulièrement accroché, une fois de retour à la maison. Ça a été la galère pendant deux semaines (le temps que les personnes du refuge m’avaient demandé de lui donner pour qu’il s’habitue à sa nouvelle maison).Peut-être que moi aussi, il aurait fallu que je m’habitue. Peut-être que lui et moi nous étions, au fond, un peu trop semblables…

    Je ne sais pas pourquoi, mais ses affaires (mis à part les balles de tennis—il n’allait nulle part sans en avoir deux englouties dans sa bouche) se sont retrouvées dans un coin avec le reste des cartons que je n’avais pas encore déballés. Je m’étais dit qu’il n’aurait pas vraiment besoin de tous ces vieux trucs, que je lui achèterais de nouveaux jouets une fois que ça irait mieux. Mais j’ai compris très vite que cela ne serait pas le cas.

    J’ai d’abord essayé de lui dire les paroles que les gens du refuge m’avaient dit qu’il connaissait, comme “assis”, “reste là” “viens ici” et il écoutait - enfin, quand il lui prenait l’envie. Il n’avait jamais l’air de vraiment m’écouter quand je l’appelais par son nom - bien sûr, il regardait vaguement vers moi après la quatrième ou cinquième fois, mais il reprenait presque immédiatement le cours de ses occupations. Quand je l’appelais encore, on aurait presque cru l’entendre soupirer avant qu’il obéisse enfin à contrecœur.
     
    Je savais que cela n’allait pas être possible. Il a mâché deux paires de chaussures et il a détruit l’un de mes cartons. J’étais peut-être un peu trop froid avec lui, et je savais qu’il ressentait cela. Cela ne collait pas du tout entre nous, au point que j’ai fini par attendre avec impatience la fin de la deuxième semaine pour pouvoir le rapporter au refuge. Le moment venu, je cherchais frénétiquement mon téléphone au milieu de mes cartons. Je me suis souvenu que je l’avais laissé sur l’un des cartons de la chambre d’amis, mais j’ai dit cyniquement entre mes dents que ce “foutu corniaud l’a probablement mangé”.

    Finalement, j’ai retrouvé le téléphone mais avant d’avoir pu taper le numéro du refuge, j’ai trouvé son panier et d’autres jouets. J’ai balancé le panier dans la direction de Reggie, et c’est là qu’il a commencé à le renifler et à remuer la queue.  C’était la première fois que je le voyais si enthousiaste, mais quand je l’ai appelé, il m'a lancé un regard vide et il s’est couché au sol. En me tournant le dos.

    Bon, cela ne va pas s’arranger comme ça, ai-je pensé. Alors, j’ai composé le numéro.

    Mais j’ai raccroché immédiatement quand j’ai vu l’enveloppe scellée. Ça aussi, je l’avais complètement oublié. “Ok, Reggie,”ai-je dit à voix haute,” voyons si ton ancien maître a des conseils à me donner.”
     

    Une belle fable... à moins que ce n'en soit pas une car la magie de Noël n'est pas loin !!!

    "À celui qui adoptera mon chien :

    Bon, je ne peux pas vraiment dire que je sois heureux que tu lises cette lettre, que j’ai confiée au refuge en leur disant qu’elle ne pourrait être ouverte que par le nouveau maître de Reggie. Je ne suis pas non plus heureux de devoir l’écrire. Si tu lis ceci, cela signifie que je viens de rentrer de mon dernier trajet en voiture avec mon chien, après l’avoir laissé au refuge. Il savait que cette fois, quelque chose était différent. J’ai déjà emballé toutes ses affaires pour les mettre dans le coffre arrière de la voiture, mais cette fois-là… C’est comme si il savait que quelque chose n’allait pas. Et quelque chose ne va pas… c’est pourquoi je dois tout faire pour que tout aille bien.

    Alors, laisse-moi te parler un peu de mon Labrador, dans l’espoir que cela vous aide à vous lier d’amitié tous les deux.

    Tout d’abord, tu l’auras remarqué, il adore les balles de tennis. Plus il en a, plus il est content. Parfois je me demande s-il n’est pas croisé avec un écureuil, vu comme il aime les collectionner. D’habitude, il en a toujours deux fourrées dans sa bouche, et il essaye d’en faire rentrer une troisième. Jusqu’ici, il n’a jamais réussi. Tu peux les lancer ou tu veux, il se mettra à courir après - alors attention à ne pas le faire près d’une route. J’ai fait cette erreur une fois, et il a bien failli se faire renverser.

    Ensuite, il y a les mots qu’il connaît. Les gens du refuge te l’ont peut-être déjà dit, mais il connaît les mots les plus courants— “assis”, “reste là”, “viens ici.” Il sait aussi donner la patte et il est réactif aux signes de la main. Il fait “couché” quand il a envie - mais je suis sûr que tu pourras travailler cela avec lui. Il connaît les mots “balle” “croquette” et “os”. Je l’ai dressé en lui donnant des petites récompenses. Le mieux pour qu’il ouvre grand les oreilles, c’est des petits morceaux de saucisse.

    Il est à jour dans ses vaccins. Appelle le vétérinaire pour récupérer le dossier, c’est un type bien et il te rappellera quand il faudra l’amener là-bas. Mais sois prévenu : Reggie déteste le vétérinaire. Bonne chance pour le faire monter dans la voiture (je ne sais pas comment il sait quand on l’y emmène, mais crois-moi, il sait !)

    Enfin, laisse-lui le temps de s’adapter. Je n’ai jamais été marié, alors ça a toujours été juste lui et moi, depuis qu’il est né. Il me suivait partout, alors si tu peux, amène-le en voiture avec toi quand c’est possible. Il a l’habitude, il est propre et n’aboie pas. Il adore sortir et passer du temps avec des gens, et avec moi tout particulièrement.

    Ce qui signifie que la transition sera très dure pour lui, puisqu’il n’a jamais vécu dans une autre maison que la mienne.

    Et c’est pourquoi il est temps que je te dise la vérité et que je te donne quelques informations supplémentaires…

    Son nom n’est pas Reggie.

    Je ne sais pas pourquoi j’ai fait cela, mais quand je l’ai laissé au refuge, je leur ai dit qu’il s’appelait Reggie. Je n’ai tout simplement pas pu leur dire son vrai nom. Si je l’avais fait, cela m’aurait paru si extrême que cela aurait été comme admettre le fait que je ne le reverrais plus jamais. Et si jamais je reviens, que je le récupère et que je déchire cette lettre, cela voudra dire que tout va bien. Mais si tu es en train de lire ceci, alors… alors ça veut dire que son nouveau propriétaire doit connaître son vrai nom. Cela t’aidera à te lier d’amitié avec lui. Qui sait, peut-être même que tu remarqueras quelques changements, s’il te pose des problèmes au début.

    Son vrai nom est Tank. Parce que c’est ce que je conduis.

    Si tu lis ce message et que tu habites dans le coin, peut-être que tu auras lu mon nom dans les journaux. J’ai dit aux gars du refuge qu’ils ne proposent pas “Reggie” à l’adoption tant qu’ils n’auront pas reçu un appel de la part du commandant de ma compagnie. Tu comprends, mes parents sont partis, je n’ai pas de frère et sœurs, personne à qui j’aurais pu confier Tank… Et la seule requête que j’ai fait à l’armée quand ils m’ont annoncé mon déploiement en Irak, c’était de prévenir le refuge… en cas d’”accident”... pour leur dire que Tank était prêt à avoir un nouveau maître. Heureusement, mon colonel adore lui aussi les chiens, et il savait bien vers où ma division avait été envoyée. Il m’a donné sa parole qu’il s’en occuperait personnellement. Et si tu lis ceci, alors cela signifie qu’il a tenu sa parole.

    Bon, désolé, cette lettre devient vraiment déprimante même si, franchement, je l’écris juste pour mon chien. Je n’imagine même pas ce que cela aurait été si j’avais dû le faire pour une femme et des enfants… mais quand même, Tank a été ma seule famille au cours des six dernières années.

    Et à présent, j’espère que tu sauras lui faire une place au sein de ta famille à toi, qu’il s’habituera et qu’il finira par t’aimer tout comme il a pu m’ aimer.
    Cet amour inconditionnel, c’est ce que j’ai emporté avec moi, comme une source d’inspiration pour faire don de moi-même pour protéger les autres. Si je devais abandonner Tank pour le faire, alors je suis heureux de faire ce sacrifice. Il était pour moi un exemple d’amour et de dévouement. J’espère l’avoir honoré par mon dévouement envers mes camarades de front.

    C’est bon, c’en est assez. Ce soir, je serais envoyé au front, et je dois encore déposer cette lettre au refuge. Je ne pense pas que j’irais dire au revoir à Tank une nouvelle fois. J’ai bien assez pleuré la première fois. Peut-être que je glisserai juste un regard, pour voir s'il a finalement réussi à mettre cette troisième balle de tennis dans sa bouche.

    Bonne chance avec Tank. Soigne-le bien, et donne-lui une caresse en plus de ma part, chaque soir, pour lui dire bonne nuit.

    Merci,

    Paul Mallory "
     

    Une belle fable... à moins que ce n'en soit pas une car la magie de Noël n'est pas loin !!!

     
     J’ai replié la lettre, et je l’ai replacée avec précaution dans l’enveloppe. Bien sûr, j’avais entendu parler de Paul Mallory, tout le monde en ville le connaissait, même les nouveaux habitants comme moi. Un gosse du coin, mort en Irak quelques mois auparavant et décoré à titre posthume de la croix d’honneur, pour avoir sauvé trois de ses compagnons avant de mourir. Les drapeaux avaient été en berne tout l’été.

    Je me suis penché en avant, les coudes posés sur les genoux, et j’ai regardé le chien.

    “Hé, Tank,” ai-je murmuré. La tête du chien s’est soudainement redressée, ses oreilles se sont dressées et son regard s’est illuminé.

    “Viens par ici.” Il était debout, ses ongles ont cliqueté sur le parquet. Il s’est assis devant moi, la tête penchée, comme s’il cherchait ce nom qu’il n’avait pas entendu depuis des mois.

    “Tank,” ai-je murmuré. Sa queue se mit à battre l’air.
    J’ai continué à murmurer ce nom, encore et encore, et chaque fois, ses oreilles se baissaient un peu plus, son regard d’adoucissait et son corps se détendait tandis qu’une vague de bonheur semblait le traverser. J’ai frotté ses oreilles, j’ai gratté son dos, j’ai enfoui mon visage dans sa fourrure tout en le serrant contre moi.

    “C’est moi, Tank, juste toi et moi. Ton vieil ami t’a confié à moi.” Tank a tendu la tête et m’a léché la joue. “Alors, tu veux jouer à la balle?” Ses oreilles se sont alors dressées d’un coup. “Hein? La balle? T’aimes ça, hein ? La balle ?” Tank s’arracha de mes bras et disparut d’un bond dans l’autre pièce.

    Une belle fable... à moins que ce n'en soit pas une car la magie de Noël n'est pas loin !!!Quand il est revenu, trois balles de tennis se tenaient dans sa bouche.
     
    Roman !!! Biographie !!! Fable !!!
    Cliquez sur ce lien...   
        Une belle fable... à moins que ce n'en soit pas une car la magie de Noël n'est pas loin !!! 
     
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Eux aussi, ils ont donné leur vie en 14-18

    Incredible tribute to the 8 million horses, donkeys and mules that died faithfully supporting their respective armies. Faithful to the end.
    We will remember them.

    Ceux dont on ne parle JAMAIS , en ces journées de commémoration de la " grande-guerre " : " Hommage incroyable aux 8 millions de chevaux, ânes et mulets qui sont morts en servant leurs armées respectives. Fidèles jusqu'à la fin. Nous nous noussouviendrons d'eux."
     

    Merci à Joëlle Félix pour l'info


    1 commentaire
  • Sentant la fin approcher, une septuagénaire a confié aux infirmières son désir de revoir Bronwen, qu'elle avait côtoyé pendant 25 ans. Elle a pu réaliser son rêve avant de s'éteindre.

    L'adieu bouleversant d'un cheval à sa propriétaire en fin de vie

    Atteinte d'un cancer en phase terminale, Sheila Marsh, 77 ans, était à bout de forces. Sentant la fin approcher, la septuagénaire a confié aux infirmières de l'hôpital de Wigan (centre de l'Angleterre) qu'elle aurait aimé revoir une dernière fois Bronwen, un cheval dont elle s'était occupée pendant 25 ans. Touché par le souhait de Sheila, le personnel médical s'est arrangé pour faire venir l'animal sur le parking de l'hôpital, lundi dernier. Couchée dans son lit, la patiente a été acheminée jusqu'à l'extérieur de l'établissement, où elle a pu renouer avec son compagnon de longue date.

    Lorsque Mme Marsh a doucement appelé Bronwen, le cheval s'est approché d'elle, a lentement baissé la tête et s'est frotté contre la joue de sa propriétaire, raconte le «Huffington Post». Un moment bouleversant que le personnel médical a immortalisé, et que la famille de Sheila a consenti à rendre public.

    La septuagénaire est décédée quelques heures après avoir dit adieu à son cheval. Tina, sa fille, s'est montrée très reconnaissante envers les employés de l'hôpital: «J'étais heureuse qu'elle puisse revoir son cheval préféré. Elle avait un grand sourire sur son visage et elle a réussi à prononcer le nom de Bronwen. Le personnel a été absolument fabuleux», a confié la Britannique âgée de 33 ans.

    Avant de s'éteindre, Sheila a également eu l'occasion de partager un moment de complicité avec son chien, qui a passé une heure blotti près d'elle. «Nous plaçons nos patients et leur famille au centre de tout ce que nous faisons, spécialement dans leurs derniers jours de vie. Nous avons écouté et exaucé les derniers voeux de Sheila», explique Gail Taylor, infirmière à l'hôpital de Wigan.

    Source : ww.20min.ch/ro/news/monde/story/L-adieu-bouleversant-d-un-cheval-a-sa-proprietaire-22803859

     


    votre commentaire
  • Honte à moi !!! Je ne connaissais pas l'histoire de cet extraordinaire héros de la seconde guerre mondiale....

    Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)Sir Nicholas Winton est surnommé par beaucoup le "Schindler Britannique" et pour cause: entre 1938 et 1939, il a organisé une vaste opération pour sauver les vies de 669 enfants juifs tchéquoslovaques, en les faisant échapper des camps de la mort Nazis pour les cacher en Angleterre.

    Une fois la guerre finie, ce véritable héros est resté Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)méconnu du grand public. Mais en 1988, la femme de Winton a retrouvé le carnet sur lequel, en 1939, il avait inscrit la liste complète des noms et des photographies des enfants. 
    Après toutes ces années, il va revoir ces personnes qu'il a sauvées 50 ans auparavant. Bien sûr, il ne les reconnaît pas au début...

       Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)   Vidéos : https://www.youtube.com/watch?v=H_w-O4RNu1A

        http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19465040&cfilm=217787.html  

    http://www.telegraph.co.uk/culture/hay-festival/10844569/My-father-the-British-Schindler.html

     

     

     Biographie

    Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)Nicholas Winton est né en 1909 dans le quartier Hampstead à Londres. Ses parents étaient des juifs allemands installés à Londres deux ans avant sa naissance. Leur nom de famille d'origine était Wertheim, mais ils l'ont changé en Winton pour mieux s'intégrer. Ils se sont convertis au Christianisme et Nicholas Winton fut baptisé.

    En 1923, Winton entre à l'école Stowe, qui venait tout juste d'ouvrir. Il la quitte avant l'obtention de son diplôme, étant donné qu'il fréquentait l'école de nuit puisqu'il était bénévole a la Banque Midland. Il est alors parti à Hamburg, où il a travaillé à la banque Behrens pour ensuite travailler à la Banque Wasserman à Berlin. En 1931. Il déménage en France où il travaille à la banque Nationale de Crédit à Paris. Il retourne à Londres et devient un courtier à la Bourse de Londres.

    Le sauvetage des enfants Juifs

    Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)Peu de temps avant Noël 1938, Nicholas Winton s'apprêtait à partir en Suisse pour faire du ski. Il y renonce pour venir à Prague aider un ami engagé dans le sauvetage de Juifs qui lui demandait de l'aide. Après avoir visité un camp de réfugiés, il monte sur place seul une organisation pour sauver les enfants juifs des nazis. Son bureau était une table à manger dans un hôtel de la Place Venceslas.

    En Angleterre, la Chambre des communes avait approuvé un décret permettant aux réfugiés de moins de dix sept ans de pouvoir s'installer dans le pays à la condition d'y trouver un lieu d'accueil et de déposer cinquante livres en garantie pour un éventuel billet de retour chez eux.

    Nicholas Winton, alors âgé de vingt-neuf ans organisa leur transport par huit trains de Prague à Londres. Le neuvième et plus important convoi ne put jamais quitter la gare de Prague, bloqué par l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne. Les 250 enfants qui devaient être à bord ont disparu.

    Ce geste héroïque passa inaperçu pendant un demi-siècle, jusqu’en 1988. Pendant cinquante ans, les enfants ne surent pas à qui ils devaient leur sauvetage. Son histoire ne fut connue que le jour où sa femme Greta découvrit une serviette de cuir dans un grenier contenant des listes d'enfants et des lettres de leurs parents.

    Hommages et distinctions

    Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)Nicholas Winton a été élevé au rang de Membre de l’Ordre de l'Empire britannique (MBE) au début des années 1980 pour sa contribution à la création de Abbeyfields, un concept de résidence pour personnes âgées.

    Nicholas Winton a reçu en 1998 l’ordre Tomas Garrigue Masaryk des mains de Václav Havel.

    Un film, Nicholas Winton, la force d'un Juste, réalisé par Matěj Mináč et produit par Bessel Kok, a été adapté de cette histoire et a remporté un Emmy Award en 2002.

    Il a été fait chevalier par la reine Élizabeth II en décembre 2002 pour services rendus à l’Humanité.

    Il a sauvé 669 enfants durant l'Holocauste, il ne sait pas qu'ils sont tous assis à côté de lui (vidéo)En septembre 2009, un train ayant à son bord des rescapés ayant bénéficié de la filière mise en place par Sir Nicholas Winton, a effectué le trajet de Prague à Londres. À leur arrivée sur le quai de Londres les passagers ont été accueillis par leur ancien bienfaiteur qui était alors âgé de 101 ans et dont ils avaient longtemps ignoré l’identité4.

    En 2010, il reçoit le titre de Héros britannique de l'Holocauste (en), décerné par le gouvernement britannique5.

    Le 19 mai 2014, Miloš Zeman, Président de la République tchèque, annonce son intention de remettre à Nicholas Winton, l'Ordre du Lion blanc en octobre 2014.

    Nicholas Winton n’a pas été fait Juste parmi les nations par le mémorial Yad Vashem car il a lui-même une ascendance juive.

    Les descendants des « enfants Winton », dont le nombre est évalué à plus de 5 000, vivent aujourd’hui dans le monde entier, et notamment en Grande-Bretagne, au Canada et en Israël.

    Remerciement particulier à Martine


    3 commentaires
  • La caractéristique principale de l’automne, ce sont les feuilles qui changent de couleur pour donner une allure flamboyante aux arbres, avant de tomber avec l’arrivée de l’hiver. Mais qu’est-ce qui provoque exactement ce changement de couleur ?

    Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur en automne ?

    DIFFÉRENTS TYPES DE PIGMENTS

      La couleur d’une feuille provient de pigments, des substances naturelles produites par les cellules de la feuille.                                   Il existe trois types de pigments : la chlorophylle (vert), les caroténoïdes (jaune, orange et marron), et l’anthocyane (rouge).

    DE FEUILLES DORÉES À FEUILLAGE DE FEU

     Les arbres réagissent à la diminution de quantité de lumière solaire en produisant de moins en moins de chlorophylle, ce qui    provoque un changement de couleur progressif pour les feuilles, de doré à orange.

    UN FACTEUR SUPPLÉMENTAIRE : LA PLUIE

     L’augmentation du taux de précipitations joue également un rôle dans le changement de couleur des feuilles.                    D’ailleurs, une  sécheresse peut retarder l’arrivée des couleurs de l’automne de plusieurs semaines.

    LES COULEURS DE L’AUTOMNE

     En un début d’automne chaud et humide, les nouvelles couleurs des arbres seront moins éclatantes, moins intenses.

    LE GEL

     Inversement, un épisode de gel intense fera vieillir les feuilles avant l’heure, et elles tourneront au marron avant de tomber plus tôt  que prévu.

    POUR UN AUTOMNE SPECTACULAIRE

     Le temps idéal en automne est donc des journées ensoleillées, quelques jours de grisaille, et des nuits fraîches.

    MOINS DE SOLEIL

     Mais pas trop de soleil non plus ! Ce n’est pas un hasard si ce phénomène se produit en automne, lorsque les journées sont plus  courtes…

    Source : http://www.msn.com/fr-be/actualite/photos/pourquoi-les-feuilles-changent-elles-de-couleur-en-automne/ss-BBcK3JX?lang=fr-be#image=1


    votre commentaire
  •  

    Comment interpréter les mimiques du chien ?Le chien cligne des yeux

    Le chien cligne souvent littéralement des yeux, en battant des paupières. Il s’agit d’un signal de non-belligérance et, parfois, de soumission. *

    Traductions possibles :
    - « Mes intentions sont amicales »
    - « C’est toi le chef »
    - « Excuse-moi »

    Le chien garde les yeux mi-clos

    Autre signal de non-belligérance.

    Traduction : « Je n’ai pas l’intention de me disputer, je voudrais devenir ton ami. »

    Le chien garde la gueule ouverte et les lèvres lâches

    Quand un chien garde sa gueule ouverte et ses lèvres lâches, sans les plisser, il est généralement détendu et n’a pas d’intentions agressives. Même s’il ne grogne pas, le chien qui envisage de mordre a toujours la gueule fermée.

    Un chien dans une posture détendue peut aussi, bien entendu, mordre sans préavis, mais il faut qu’une raison bien précise le pousse à agir ainsi (une douleur subite, comme une patte ou une queue écrasée, par exemple).

    Traduction : « Je vais bien, ne t’inquiète pas. »

    Le chien plisse les lèvres et montre les dents

    Cette mimique exprime l’agressivité et constitue une marque de domination ou de soumission selon que les lèvres sont respectivement plissées en avant ou étirées en arrière. Le geste peut ne pas s’accompagner d’un grognement, mais n’en reste pas moins une menace et l’éventuel prélude à une attaque.

    Traduction : « Attention, au moindre faux pas, je t’agresse. »

    Comment interpréter les mimiques du chien ?Le chien regarde droit dans les yeux

    Chez les chiens, il s’agit toujours d’un signe de provocation, d’autant plus accentué qu’il s’accompagne d’une mimique corporelle à caractère dominant.

    Les chiens domestiques fixent néanmoins souvent leur maître dans les yeux afin de mieux saisir ses ordres ou ses états d’âme, un comportement qu’ils ont également acquis par la domestication. Lorsque le chien fixe amicalement un homme, le reste de son corps traduit une profonde décontraction (ou bien envoie des signaux de soumission). Un chien qui vous fixe avec un corps raide et tendu vous lance au contraire un défi et vous témoigne en outre de l’agressivité s’il montre le blanc de ses yeux.

    Ses oreilles sont pointées en avant ou couchées en arrière

    La position des oreilles indique le degré de domination du chien, mais aussi son niveau d’assurance. Des oreilles droites ou pointées en avant expriment une domination et/ou une assurance maximum ; des oreilles complètement rabattues en arrière, presque écrasées sur la tête, traduisent en revanche une soumission et/ou un manque d’assurance maximum. Tous les stades intermédiaires correspondent à des états d’âme intermédiaires.

    Bon nombre de chiens, quand ils saluent leur maître, redressent et couchent sans cesse leurs oreilles : cela signifie que l’animal se sent sûr de lui quand son maître est près de lui, mais qu’il se soumet également à ce dernier. L’alternance des deux gestes dénote la présence simultanée des deux états d’âme, qui s’expriment donc en s’enchaînant rapidement.

    La position des oreilles ne revêt bien entendu une valeur hiérarchique que dans le cas d’un contact rapproché chien-chien ou chien-homme : dans toutes les autres situations, le chien gardera ses oreilles droites s’il est attentif, et détendues s’il ne s’intéresse pas particulièrement à ce qui l’entoure.

    Le chien bâille

    Contrairement à l’homme, le chien ne bâille pas d’ennui. Il bâille en revanche de fatigue et parce qu’il a sommeil, tout comme nous. Mais le bâillement constitue également un moyen de communication et, plus exactement, un signal de pacification. C’est la raison pour laquelle le chien bâille souvent quand son maître le gronde (et non pas pour se moquer de lui !).

    Le chien mâche de l’air

    Ce geste caractéristique qui consiste à mâcher dans le vide équivaut, chez le chien, à un comportement de pacification. Il dérive probablement de l’association mentale apaisement de la faim signifie état de bien-être. Le chien l’exécute aussi bien à l’égard de ses semblables qu’envers son maître.

    Le chien lèche dans le vide

    Le chien exécute le geste consistant à lécher (y compris loin de la cible) quand il veut lancer des signaux de pacification... même s’il semble parfois vraiment « faire la nique ».

    Source ; http://wamiz.com/


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires