• Au lendemain du dévoilement de la Une controversée de l'exemplaire du 30 mars de Charlie Hebdo, la Belgique réplique par la bouche de ses canons avec une caricature de son cru.

    Le montage, dont la source originale est difficile à identifier, mais qui a été partagé massivement sur les réseaux sociaux, met en scène le personnage de « Où est Charlie? » dans une mise en scène identique à celle de la Une de l'hebdo satirique français.

    Certains s'étaient d'abord indignés, mardi, en voyant la couverture imaginée par Charlie Hebdo à cause de son manque de délicatesse, à peine une semaine après les attentats de Bruxelles, et des révélations faites plus tard dans la journée ont donné plus de poids aux critiques.

    En effet, Canoe rapporte que le père de Stromae — tout comme plusieurs membres de sa famille — serait décédé lors du génocide rwandais, en 1994. Selon certaines sources, dont Le Figaro, il aurait même été coupé en morceaux par ses assaillants.

    Le chanteur belge est resté muet jusqu'à présent, mais sa famille s'est indignée, selon le quotidien belge Het Nieuwsbald, se demandant si Charlie Hebdo était au courant de « l'histoire familiale de Stromae » (propos traduits et rapportés par Metro News).

    Les Belges répondent à Charkie Hebdo

          La une polémique de Charlie Hebdo après les attentats de Bruxelles

    Les Belges répondent à Charkie Hebdo

     

    LE FIGARO

    En réaction à la couverture du journal satirique paru ce mercredi 30 mars, les citoyens du plat pays se sont pris au jeu de la parodie. Avec une pointe de sarcasme, mais sans se départir de leur gentillesse proverbiale, ils ont caricaturé les attentats du 7 janvier en France.

    Les Belges aussi ont un sacré sens de l'humour. Alors que Charlie Hebdo a parodié les tragiques événements de Bruxelles dans son nouveau numéro paru ce mercredi, les habitants du plat pays, qui ne manquent pas de répondant, n'ont pas tardé eux aussi à répliquer. En se moquant gentiment des attentats du 7 janvier. Sur les réseaux sociaux, ces derniers ont repris le dessin de Riss et caricaturé l'attaque de Charlie Hebdo perpétrée contre la rédaction du journal satirique.

    «Où est Charlie?», se questionne le personnage du même nom, les yeux fermés laissant échapper une larme. «Ici», «Là», «Et là aussi», répondent en chœur des membres désossés, vraisemblablement déchiquetés par les balles des frères Kouachi lors des attentats du 7 janvier 2015. La réponse est cinglante... Mais ne devrait pas manquer de faire sourire les journalistes de Charlie Hebdo, qui se sont fait prendre à leur propre jeu.

    Une réponse du berger à la bergère qui s'inspire d'ailleurs du jeu britannique Où est Charlie Where is Wally?») créé en 1986. C'est ce visage emblématique que l'on retrouve sur la parodie belge de la couverture de Charlie Hebdo.

    Le jeu original Où est Charlie? s'est transformé en jeu macabre...
     
    Le jeu est d'autant plus sordide que le personnage de Charlie s'adresse d'abord aux enfants et n'a d'autre vocation que de divertir. Avec ce dessin la récréation est terminée. La chasse au trésor se transforme en quête mortifère où il ne s'agit plus de retrouver l'habit bariolé de Charlie mais un œil, un bras et une jambe ensanglantés.

    votre commentaire
  • Le surréalisme belge dans sa plus grande blessure

    Folon, artiste belge au regard tendre et serein sur les êtres, avait enfanté un "homme au chapeau " humaniste comme son créateur. Assez bizarrement, lorsque j'ai vu les photos de l'homme au chapeau à l'aéroport de Zaventem, je n'ai pu m'empêcher de faire un rapprochement entre ces deux personnages tellement différents mais au contraste troublant.

    L'homme au chapeau se trouve-t-il à Knokke-Le-Zoute ?

    L'homme au chapeau se trouve-t-il à Knokke-Le-Zoute ?

    L'homme au chapeau se trouve-t-il à Knokke-Le-Zoute ?

                       L’artiste

     Au fond, je ne suis ni peintre, ni dessinateur, ni affichiste, ni écrivain, ni graveur.

    Je ne suis ni abstrait, ni figuratif. Je n’appartiens à aucune école.
    Mon but n’est pas de figurer dans une histoire de l’art.
    Je n’ai rien inventé, puisque je dois tout à tout le monde.
    Je ne comprends pas mes images, et chacun est libre de les comprendre comme il veut.
    J’ai seulement essayé de fixer mes propres rêves, avec l’espoir que les autres y accrochent les leurs.
     

    Folon

     

     


    votre commentaire
  • "On est chez nous": 450 hooligans prennent la Bourse d'assaut

    Bruxelles: Une marche blanche prônant la solidarité remplacée par une marche brune nauséabonde

    Une dizaine d'interpellations ont eu lieu dimanche après-midi à la suite des débordements à la place de la Bourse. Selon les forces de l'ordre, des fauteurs de trouble ont dégradé du mobilier urbain au boulevard Emile Jacqmain et ont lancé des projectiles incendiaires vers la police. 

    Encagoulés et alcoolisés

    Plus de 400 manifestants, des hooligans venus notamment d'Anvers via la gare de Vilvorde, se sont rendus à la place de la Bourse à Bruxelles vers 14h30, lieu improvisé de recueillement de la population, depuis les attentats de Bruxelles, où ils ont scandé des slogans haineux. Après avoir pris position dans le périmètre de la Bourse, les forces de l'ordre arrivées sur place ont commencé à les refouler en direction de la place De Brouckère et du boulevard Jacqmain où les manifestants se sont livrés à des actes de vandalisme. La police anti-émeute a fait usage de canons à eau pour les disperser. Ces supporters, certains encagoulés et alcoolisés, scandent "Belgian hooligans. On est chez nous." La tension était palpable.   

    "Je suis scandalisé par ce qui se passe, de constater que de telles crapules viennent provoquer les habitants sur les lieux de leur hommage. Nous avons été prévenus hier de leur venue possible, et je constate que rien n'a été fait pour les empêcher de se rendre à Bruxelles", a commenté Yvan Mayeur alors que les manifestants étaient progressivement dirigés sous cordon policier vers la gare du Nord d'où ils sont arrivés. "Je veux en tout cas une réaction du gouvernement fédéral par rapport à cela", a-t-il ajouté.


     J'ai un gros problème que je n'arrive pas à résoudre. Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur interdit la "marche contre la peur" car, étant donné la capacité policière sur le terrain, il est compliqué d'assurer la sécurité de l'événement ! A voir le nombre de policiers pour contrer ce rassemblement haineux, je me dis que, finalement, il y avait quand même la capacité policière requise pour cette marche contre la peur et cela aurait donné autre chose que cette image lamentable de Bruxelles (une de plus) dont vont encore se pourlécher les médias étrangers et la... NVA

    Delwart M. (concepteur de ce blog)

    Une marche blanche prônant la solidarité remplacée par une marche brune nauséabonde

    Une marche blanche prônant la solidarité remplacée par une marche brune nauséabonde

    Une marche blanche prônant la solidarité remplacée par une marche brune nauséabonde

    Bruxelles: Une marche blanche prônant la solidarité remplacée par une marche brune nauséabonde

    Lien utile : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/les-hooligans-fous-de-la-bourse-en-photos-commentaire-du-photographe-o-a125534720


    2 commentaires
  • Wolu1200: Témoignage et recherche de personnes présentes dans le métro MaelbeekMes amis, J'étais dans le premier wagon du metro qui a était victime des attentats à Maelbeek. Moi, j’étais assise dans le dernier rang à gauche, a cote de la fenêtre. À côté de moi avait une dame avec son chien. Devant moi un jeune homme dormait quand la vitre des fenêtres sont tombées sur nos têtes. On a vu du feu en dehors de la rame.

    Certains ont crié de panic, 'c'est un attentat'. On s'est couché par terre, on s'est couvert. On craignait une nouvelle explosion, certains disait qu'on allait mourir. Les portes étaient bloquées et il fallait sortir du wagon par la fenêtre. Quand nous avons réussi a sauté sur le quai, je me suis rendu compte qu'il y avait beaucoup de blessés que l’autre wagon derrière nous étaient détruit. A notre niveau la fumé nous entourait complètement déjà. Le chauffeur de metro parlait à la radio et était blessé au visage. Il disait qu'il avait terminé d'évacuer son train et qu'il allait commencer à nous guider hors de la station.

    J’ai vu une jaune femme totalement blessé sur le visage et les mains. Elle est mince, cheveux châtain claire un peu bouclé, portait de pantalon et un pull. Elle était tétanisée en état de choque. J’ai la pris par le bras et je la conduit vers l’escalier. J’ai lui dit : « viens , on ne va pas mourir ».

    On ne voyait rien, la fumé était trop grande. Quelques marches d'escalier manquaient à cause de l'explosion et on essayait de trouver la sortie. Le conducteur nous faisait signe avec sa lampe afin guider le chemin.

    La solidarité présente était immense. Des embrassements et réconforts. J'ai pris dans mes bras une autre dame qui n'arrêtait pas de pleurer. Elle ne savait pas s'orienter correctement. Je l'ai laissé avec les ambulanciers à l'extérieur et je l'ai souhaité une vie normale.

    Finalement on était tous la, dehors. La police commence à arriver et on était encadré par des ambulances. Beaucoup de blessés, brulés, un bras sur le trottoir que je n'oublierais jamais.

    Si une de ces personnes se reconnaissent, j'aimerais bien qu'elles me contacte.

    Samla E Leo à Bruxelles-profil Recherche Famille

    Wolu1200: Témoignage et recherche de personnes présentes dans le métro Maelbeek


    votre commentaire
  • Daesh : Je vais vous dire qui vous avez vraiment tué.Je vais vous dire qui vous avez vraiment tué.
    Fils d’une institutrice ayant marqué la plupart de ses copains de classe comme « la prof la plus gentille du monde », Olivier semblait bien avoir reçu cette gentillesse en héritage.
    Il a grandi à Soignies et c’est là qu’avec beaucoup d’autres de ma génération, aujourd’hui rassemblés en pensée pour parler de lui et dire leur tristesse, j’ai appris à le connaître. Sur les bancs, mais surtout aussi hors les bancs, nous avons ri de ses pitreries, de ses sketches, de ses incroyables imitations de Gainsbourg version Gainsbarre, dont il était fan.
    Doux mariole, gentil pitre, beau gosse un peu grande gueule et au cœur tendre, extravagant au sourire ravageur et aux yeux rieurs, charmeur pas vraiment sérieux mais sérieusement attentif aux autres, il avait le don de faire rire. Un petit groupe d’amis, la galerie de l’Athénée de Soignies ou un amphithéâtre de l’ULB, où il était mieux connu sous le surnom de Bouli.
    Olivier, toujours optimiste, ouvert, drôle et moqueur mais jamais méchant.
    Un grand gamin aimé de touTEs et toujours aimable, avec une parole gentille pour chaque personne qui avait la chance de partager un morceau de vie à ses côtés.
    Depuis plusieurs années, il vivait à Bruxelles et était agent de la Fédération Wallonie-Bruxelles. J’imagine que là aussi il a partagé avec la générosité qui était la sienne sa bonne humeur et ce rire ravageur qui a dû courir les couloirs et traverser les cloisons.
    Hier, comme chaque matin, il a pris le métro pour se rendre au boulot…
    Ces dernières heures, les photos et les mots ont circulé entre ses amis qui avaient besoin de parler de lui, faisant remonter des souvenirs d’une époque d’insouciance.
    Aujourd’hui, un pan de notre jeunesse et de cette insouciance part avec lui.
    L’espoir d’un monde meilleur par contre, auquel il tenait comme nous, reste intact.
    En petits colibris soucieux de faire leur part pour construire ce monde, en souvenir d’Olivier, ses amis et amies ont décidé de soutenir une association travaillant sur le terrain avec les « jeunes des quartiers » comme on dit. Parce que c’est avec ces jeunes que nous avons envie de construire ce monde.
    Olivier, on te souhaite de croiser le grand Serge là-haut et de lui servir ta version du poinçonneur des lilas. Sûr que ça va l’impressionner !
    Maintenant que vous savez qui était Olivier, j’espère que plus personne n’acceptera de justifier ou de comprendre qu’au nom d’une cause ou d’une autre, vous ayez pu le tuer. Lui et touTEs les autres.
    Avec Étienne Darquennes, Denis Leveque, Dimitri Nizet, Nathalie Solas Mayor, Frederic Poliart, Karlito DeBeer, Ariane Cuvelier, Isabelle Carton, Cécile Lannoy, Laurence Labuche, Christel Cogneau, Catherine Cocu-finck, Sylvie Bottemanne, Jean-paul Mahoux, Serge Lequeue, Ricardo Ruz Torres


    2 commentaires
  • Bruxelles-profil Recherche Famille

    Des personnes sans nouvelles de leurs proches lancent des appels à témoins sur Facebook et Twitter

    Plus de 24 heures après les deux attentats terroristes coordonnés qui ont frappé l'aéroport international de Zaventem et le métro de Bruxelles , mardi 22 mars, plusieurs appels à témoins de personnes portées disparues ont été publiés sur les réseaux sociaux.
     
    Cliquez sur ces deux liens et aidez ces familles
     
    -
     

    Bruxelles-profil Recherche Famille

     
     
     

    votre commentaire
  • Respect à ce militaire qui évacue un blessé à l'aéroport de Zaventem

    Respect à ce militaire qui évacue un blessé à l'aéroport de Zaventem


    votre commentaire
  •  

    Je suis aussi Bruxelles... après Paris, Bardo...

    Notre reporter le plus célèbre en deuil

    Je suis aussi Bruxelles... après Paris, Bardo...

     

    Je suis aussi Bruxelles... après Paris, Bardo...

    Je suis aussi Bruxelles... après Paris, Bardo...

    Je suis aussi Bruxelles... après Paris, Bardo...

     


    votre commentaire
  • Article prémonitoire de Jean Quatremer le 23 novembre 2015


    votre commentaire
  • Voilà nos bombes à nous bruxellois

    Et notre humour... en deuil

    Voilà nos bombes à nous bruxellois

    Notre BD... broie du noir

    Voilà nos bombes à nous bruxellois

     


    votre commentaire
  • Hommage de Plantu (Le Monde) aux victimes belges de ce jour

     

    Mais aussi...

    Hommage de Plantu (Le Monde) aux victimes belges de ce jour


    votre commentaire
  • Donald Trump travaille-t-il chez Luminus ?Donald Trump travaille-t-il chez Luminus ?


    votre commentaire
  • La police qui a arrêté Salah Abdeslam a été aidée par deux super-héros restés en retrait mais que l'on peut voir dans l'abri bus derrière Salah Abdeslam et les policiers. Ne me remerciez pas, j'ai le coup d'oeil.

    Deux héros "timides" ont participé à l'arrestation de Salah Abdeslam

    sarcastic

    Deux héros "timides" ont participé à l'arrestation de Salah Abdeslam

     

    MAiS AUSSI....

    Une mystérieuse feuille blanche qui tombe du pantalon de Salah Abdeslam intrigue les internautes

    Vous êtes nombreux à nous avoir contactés pour nous parler de la feuille blanche qui tombe du pantalon de Salah Abdeslam lors de son arrestation.

    Deux héros "timides" ont participé à l'arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek

    Lors de son arrestation, Salah Abdeslam a été filmé par des caméras de télévision en train d’être traîné vers une voiture par des policiers. Sur ces images, diffusées en exclusivité sur RTL TVi, un bout de papier intrigue les internautes. Vous êtes plusieurs à nous avoir fait part de votre observation via notre bouton orange Alertez-nous. "Avez-vous vu que lorsque le terroriste se fait arrêter, juste avant de rentrer dans la Golf, un papier tombe de son jeans jusqu’à sa chaussette ?", nous a écrit Denis.
    Ce qui semble être une feuille blanche A4 pliée peut en effet être aperçue en train de tomber de la jambe de Salah Abdeslam. Le papier semble ensuite rester à terre alors que les policiers font entrer l’ennemi public numéro un dans une de leur voiture. Des policiers ont-ils ramassé le papier ensuite ? Est-il toujours là-bas ? Qu’est-il écrit sur cette feuille ? Plusieurs questions qui sont, à l’heure actuelle, encore sans réponse.

    Vidéo RTL : http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/une-mysterieuse-feuille-blanche-qui-tombe-du-pantalon-de-salah-abdeslam-intrigue-les-internautes-803436.aspx

     


    votre commentaire
  • Au cours du siège de la rue du Dries, à Forest, les téléspectateurs ont pu constater la présence de chiens policiers. L’un d’eux a été envoyé en première ligne dans un terrain vague où un suspect s’était retranché. Son rôle : aider les forces spéciales à préparer l’assaut. Un travail capital !

    Fusillade à Bruxelles : un chien policier avec une caméra pris pour cible par le terroriste

    Avec son museau blanc, il n'a pas l'air tout jeune et son regard fait peine à voir

    L’opération se déroulait dans le cadre de l’enquête belge sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Alors qu’il ne devait s’agir que d’une simple opération de vérification, un suspect retranché a ouvert le feu sur les forces de polices.

    Pour permettre aux agents de localiser l’homme, un chien policier muni d’une caméra a été envoyé dans le terrain vague où s’échangeaient des tirs.

    Face à l’intensité des coups de feu dirigés contre lui, le chien a été rappelé et a pu quitter la zone sans être blessé.

    Leur mission : prendre le plus d’images possible

    Fusillade à Bruxelles : un chien policier avec une caméra pris pour cible par un terroristeCes « chiens caméra », comme on les surnomme, ont pour mission de pénétrer les zones à risque et d’avancer lentement en effectuant des tours sur eux-mêmes afin que la caméra accrochée sur eux prenne le plus d’images possible.

    Les policiers reçoivent les images en direct et peuvent ainsi évaluer le danger. « C’est un bon moyen de savoir ce qui se passe à l’intérieur, sans risquer de vie humaine » a expliqué un policier à La Capitale.

    Le chien envoyé hier en éclaireur à Bruxelles fait partie des 120 canidés utilisés par la police fédérale belge. Il s’agit pour la plupart de Bergers Malinois, de Springer Anglais ou de Borders Collies.

    Leur sélection est stricte, leur entraînement aussi. Un chien peut travailler en moyenne une dizaine d’années. Ils sont habitués à intervenir dans des situations d’urgence et reçoivent des récompenses, mais pas en nourriture. D’ailleurs, ils ne se nourrissent que de croquettes et de nourriture premium. Chez nous, un seul chien est mort en service. C’était Baika, une femelle berger allemand de 6 ans, qui avait contracté une infection lors d’une perquisition dans le cadre d’une enquête pour stupéfiants.

    Un manque récurrent de protection

    Malheureusement, ces chiens disposent rarement – voire jamais – de protection adéquate. Les gilets pare-balles leur sont presque toujours refusés car ils entravent leurs mouvements et donc leur mission.

    Fusillade à Bruxelles : un chien policier avec une caméra pris pour cible par un terroriste

     

    Mais aussi.... (souvenez-vous) :

    http://et-notredevenir-il-est-ou.eklablog.com/assaut-au-nord-de-paris-un-chien-du-raid-tue-par-les-terroristes-a119317050

    Fusillade à Bruxelles : un chien policier avec une caméra pris pour cible par un terroriste


    votre commentaire
  • Le succès de son miel bio était dû à la plantation de cannabis de son voisin850 pots sur liste d’attente : Rémy P est un apiculteur dépassé par son succès, où plutôt était car sa production vient d’être stoppée net par les autorités ardéchoises. Son miel contenait en effet une quantité importante de THC (tétra-hydro-cannabinol), le composé psycho-actif du cannabis, estimée selon un expert local à « un quart de joint bien chargé par tartine ». D’où provenait cette substance illégale ? De la plantation tout aussi illégale de son voisin, qui sous couvert de cultiver la châtaigne maintenait également un cheptel de près de 200 pieds de cannabis, cachés parmi les arbres et autres végétaux de son domaine de plusieurs hectares. « Les abeilles devaient butiner les plantes du voisin, au lieu de butiner les châtaigners.. » conjecturait le jeune apiculteur lors d’un point presse.

    Un café, du pain… et de la Skunk !

    C’est un père de famille albenassien qui a découvert le pot-aux-roses en faisant passer un bilan sanguin à ses deux enfants de 7 et 9 ans. « Théo et Théa sont habituellement des enfants très excités, leur mère et moi avons beaucoup de difficultés à canaliser leur énergie. Mais depuis quelques temps, ils étaient très calmes… Trop calmes même; Théo s’est mis à écouter du Sinsemilia dans sa chambre et un dimanche, Théa a regardé une motte de beurre fondre pendant 3 heures d’affilé, en rigolant. On s’est beaucoup inquiétés » déclarait-il, admettant que lui-même et sa femme avaient également développé « un certain penchant » pour ce miel.

    Fini la lune de miel

    Mais beaucoup se félicitent de l’arrêt de la production du « space miel », ce n’est pas le cas de tous les consommateurs, à l’instar de Jean-Tristan, 45 ans, l’un des plus gros clients de Rémy qui lui se déclare très déçu. « Avec ce miel je me sens beaucoup mieux, je n’ai plus mes douleurs matinales, je suis de meilleure humeur et j’avais même arrêté de boire ! Là, je sais pas ce que je vais devenir.. j’étais à un demi-pot par jour, arrêter d’un coup va être dur, très dur.. » confiait-il, ajoutant que « si les abeilles trouvent ça bon, c’est que ça peut pas être mauvais pour nous ».

    Examiné en laboratoire, ce miel spécial s’est révélé particulièrement concentré en molécules psycho-actives, comme le résume Océane, une jeune lycéenne, consommatrice malgré elle :

    « Les miels, il y en a des clairs, il y en a des foncés. Avec celui-là c’est clair : t’es défoncé ! »

    Même son de cloche pour Lucette, 78 ans, qui restera longtemps nostalgique de ce « miel magique », qu’elle et ses amies consommaient régulièrement en début de soirée, sous forme de « grog » ou dans la tisane : « Nos parties de Scrabble ne seront plus aussi amusantes; moi ça m’est bien égal ce qu’ils mettaient dans ce miel tant que c’est bio, comme ils disent. Ah si vous aviez vu nos parties ! Qu’est-ce qu’on a ri ! Et pis on osait en mettre des mots coquins ! Je peux vous le dire, une fois j’ai tellement ri avec le mot que la Nini a posé que je me suis fait dessus ! Mon Dieu, quelle rigolade ! ».

    Même si la justice n’a pas encore tranché, Rémy P ne pense pas être inquiété, contrairement à son voisin qui a déjà été incarcéré : « Je suis un apiculteur moi, pas un dealer. Si je deviens responsable des faits et gestes de chacune de mes abeilles alors on va où là ? ». Réponse le 18 avril prochain au tribunal d’Aubenas en Ardeche.

    Source : FAKE yes


    votre commentaire
  • La Flandre coupe les subsides 

    Pas de rappel pour le Vk ?

    La Flandre n'aime pas les artistes flamands de BruxellesLa salle underground molenbeekoise annonce en tout cas que la Flandre lui coupe les ailes. Mais elle compte sur les réseaux sociaux pour vivre après 2016.

     Outre la musique, quel est le point commun entre Rage Against the Machine, Therapy, Ice T, Blur, Lee Scratch Perry, No Doubt, Queens of the Stone Age, Skream, Marilyn Manson, The Gossip et Black Lips? Avant de devenir des géants, tous sont venus un soir ou l’autre déchaîner les passions au Vk, à Molenbeek.

    La Flandre n'aime pas les artistes flamands de Bruxelles

    Mais voilà, on apprend ce 16 mars que leurs petits frères et sœurs pourraient ne jamais faire résonner la salle voisine du Parvis Saint-Jean-Baptiste. Le Vaartkapoen (en référence à la statue de Tom Frantzen figurant un «fripon du Canal» faisant tomber un policier) se voit en effet couper les subsides.

    «La Flandre a décidé la fin du soutien au Vk Concert dans son premier avis d’octroi de subsides de fonctionnement», annonce la salle dans un communiqué publié sur son site et relayé sur Facebook. «Nous ne pouvons pas survivre sans ces subsides», déplore le Vk. «Car les revenus de nos concerts sont versés aux artistes et les subsides financent personnel et support technique. Si la Flandre ne revoit pas sa décision, le Vk fermera définitivement le 1er janvier 2017».

    La Flandre n'aime pas les artistes flamands de Bruxelles

    Des projets de modernisation

    La décision tombe mal pour le Vk qui voyait l’avenir avec optimisme après 27 ans d’activisme sur la scène alternative. «En 2015, nous avions reçu une bonne nouvelle de la Communauté flamande et de l’Europe: elles allaient investir 4,5 millions d’euros dans la rénovation du Vk». Sont prévus (ou «étaient»?): une nouvelle salle modulable, un foyer/café un jardin communautaire et un «labo artistique». Un projet qui serait mené malgré une réduction drastique de subsides de 25% puis 7%, pour que le Vk reste «plus que jamais un point de repère dans le quartier».

    Pour aider le VK et faire réfléchir la Flandre, la salle en appelle à vos posts sur Facebook et Twitter sous le hashtag #vkforever. Et termine en martelant que «Vk concert a besoin de ta voix».

     Source : http://www.lavenir.net/cnt/DMF20160317_00796445?_section=62418920&utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=regio&M_BT=52724303895


    votre commentaire
  • Voici une vieille dame bien courageuse. Qui, parmi vous, peut prétendre travailler depuis 75 ans ? Sûrement personne. A part Marie José De Vroede qui encore très active. Elle tient sa propre boutique de retouche rue Haute. Malgré son âge avancé, Marie José est navetteuse. Elle vient tous les jours en train, de Petit-Enghien.

    Reportage vidéo (source TV Brussel)

    Marie José (89 ans) fait la navette vers Bruxelles depuis 75 ans (vidéo)

    http://www.brusselnieuws.be/fr/video/tvbrussel/marie-jose-89-ans-fait-la-navette-vers-bruxelles-depuis-75-ans


    votre commentaire
  • C'était un temps que les moins de 20 ans (mais aussi les autres) ne peuvent pas connaître !

    Ah, nostalgie quand tu nous tiens...

    Cartes de tram

    Ah, nostalgie quand tu nous tiens...

    Photos : Delcampe


    votre commentaire
  •  le reportage peu flatteur de France 2

    L'émission "Télématin", diffusée sur France 2, a consacré un reportage sur le fiasco des tunnels dans notre capitale. "Bruxelles: les tunnels s'effondrent", s'intitule la séquence. Témoignages de navetteurs à l'appui, nos confrères français ne dressent pas un portrait très flatteur de la mobilité à Bruxelles.

     Quand France 2 fait un sujet sur les tunnels "qui s'effondrent" à Bruxelles

    Le Bruxelles "bashing" à la cote en ce moment... et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en fait Bruxelles ne fait pas grand-chose pour que cela ne s'arrête.

    Dernier épisode en date nos confrères de France 2 et leur émission Télé Matin qui consacrent un reportage sur Bruxelles et ses tunnels sobrement intitulé "Bruxelles: les tunnels s'effondrent"

    "La-bas on ne parle que de cela" dit William Lemergie

    "Les tunnels tombent en ruine, au sens littéral du terme. Certains ont dû être fermés. Ça met une belle pagaille dans la ville", enchaîne le correspondant à Bruxelles, Valéry Lerouge, qui fait son direct devant l'entrée du tunnel Stéphanie.

    Quand France 2 fait un sujet sur les tunnels "qui s'effondrent" à Bruxelles

    "La goutte d'eau qui fait déborder le vase" dit le correspondant

    Un reportage où celui-ci rappelle également qu'en 2014, Bruxelles avait été élue "championne du monde des embouteillages".

    Conclusion de nos voisins: "En 2016 à Bruxelles, la voiture est devenue le meilleur moyen... de perdre du temps".

    Quand France 2 fait un sujet sur les tunnels "qui s'effondrent" à Bruxelles Vidéo reportage Télé Matin FR2 :

    https://www.youtube.com/watch?v=DA-gsTOwlAk


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires