• De Warzée a piqué au vif Théo Francken dans son Cactus sur Vivacité

    Qui s’y frotte s’y pique ! Au cactus… et à Theo Francken aussi ! Le nationaliste flamand n’a pas du tout apprécié les traits d’humour de Jérôme de Warzée dans le « 8-9 » visant les Flamands. L’ancien secrétaire d’État a rétorqué sur Twitter : « Laissez-nous divorcer. Après, vous êtes débarrassés de nous… » Et ce n’est pas fini…  

    De Warzée a piqué au vif Théo Francken dans son Cactus sur Vivacité

    Tout a commencé le 26 mai dernier. Jérôme de Warzée dégainait un 1er message sur les réseaux sociaux, avant son « Cactus » du lendemain matin sur Vivacité. En quelques traits d’humour, il dressait le tableau inquiétant des votes dans le nord du pays. « Je voudrais m’excuser pour mon post précédent qui concernait les retards des résultats de vote en Wallonie. La Flandre fait encore plus fort, elle affiche ceux de 1938. » Le ton est donné pour la suite de ses « Cactus »…
    Ça pique, mais jamais ça n’a dérangé, ouvertement, un politicien. Jérôme de Warzée s’est d’ailleurs toujours assuré, dans l’élaboration de ses chroniques matinales, de ne répondre à aucune pression, externe ou interne.
    Mais voilà que vendredi, Theo Francken n’a pas pu ôter de son doigt l’aiguille du cactus auquel il s’était frotté. Ces mots-là piquaient un peu trop pour lui : «Aujourd’hui, 5 juin, 74 ans et 364 jours précisément que les Américains nous ont sortis de la merde, et exactement 10 jours que les Flamands nous ont remis dedans». Ni une ni deux, vexé, le nationaliste flamand a fait l’amalgame entre de Warzée et la RTBF et s’est fendu d’une réponse sur Twitter : « Selon ce média de gauche partisan, nous avons remis les Wallons dans la merde le 26 mai. Choisissez votre propre voie et laissez-nous divorcer. Après, vous êtes débarrassés de nous. Qu’attendez-vous ? Effrayé que la pension alimentaire ne soit pas assez élevée ? »
    L’humoriste a pris le temps de la réflexion avant de clouer le bec, non sans ironie, à Francken : « Monsieur Francken, je suis navré de l’incompréhension qui s’est installée entre nous. Une erreur a été commise, voici venu le temps de la réparation. Je ne suis pas wallon, je suis bruxellois, et si je suis bruxellois, ce n’est pas vous qui me contredirez, je suis flamand. Puis-je dès lors espérer un apaisement de votre courroux ou dois-je plutôt craindre d’être tondu ? (mais alors, il va vous falloir faire preuve d’ingéniosité) . Waalse Komiek ». Pas sûr que l’ex-secrétaire d’État à l’Asile rigole à ces propos-là non plus…

    De Warzée a piqué au vif Théo Francken dans son Cactus sur Vivacité

    Source : 

    Tags Tags : , , , ,