• Les paquebots qui écrasent la sérénissime Venise

    Gianni Berengo Gardin, un grand photographe italien, a été censuré l’année dernière pour sa série de photographies dénonçant le tourisme de masse qui étouffe Venise.

    Les colossaux paquebots en mouillage dans la sérénissime lagune détonnent dans le paysage. De véritables buildings flottants dépassent des maisons traditionnelles de la ville, greffant dans le tissu urbain vénitien un décor surréaliste et mouvant.
    L’industrie du tourisme, un peu plus grande chaque année, met en péril le maintien de l’écosystème lagunaire ainsi que celui des berges fragiles, régulièrement abimées par les manoeuvres de ces géants flottants.
     
    La série Mostri a Venezia (Monstre à Venise), a capturé la dissonance établie entre un tourisme fait de consommation et de foule et la délicatesse d’une ville menacée. Vingt-sept photographies devaient être exposées au Palazzo Ducale avant que le maire de Venise, Luigi Brugnaro, n’interdise l’exposition, la jugeant nuisible pour l’image de la ville. Depuis, ces clichés effrayant ont fait le tour du net.
     
    Pour préserver la cité, un chenal a été construit pour maintenir à l’écart les paquebots à l’origine du déversement de millions de touristes dans les ruelles étroites chaque année. 20 millions de visiteurs par an foulent le sol vénitien et modifient drastiquement son urbanité. Les échoppes de colifichets low-cost ont remplacé les artisans au savoir ancestral. Les paquebots, ces énormes machines à rêve, participent de la fuite de l’âme séculaire de la « fiancée de la mer ».
     
    Gianni-Berengo-Gardin-venezia-08
    Gianni-Berengo-Gardin-venezia-04
     
    Gianni-Berengo-Gardin-venezia-05
     
    Source et photos :

    http://www.lumieresdelaville.net/2016/04/28/en-images-les-paquebots-qui-ecrasent-la-serenissime-venise/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=facebook&utm_source=socialnetwork

     
     
     

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    jackcar
    Dimanche 1er Mai 2016 à 11:55

    C'est le problème

    des Italiens

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 16:40

        Commentaire très égoïste que le vôtre. Si je ne me trompe, c'est une certaine forme de tourisme de masse qui est à l'origine de l'effondrement de l'écosystème local et ces touristes viennent aussi de Belgique. Si la Grand-Place venait à être abimée à la suite de dépradations provoquées par les touristes en serait-ce pour autant uniquement le problème des Belges ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :