• Pêche – Les ravages des navires usines + video

     L’Union Européenne est le 1er importateur de poisson de la planète. Elle a donc mis en place une politique commune de la pêche destinée à satisfaire les besoins – énormes – de ses consommateurs : 22,3 kilos par an et par personne, contre 16 kilos en moyenne pour le reste du monde. De là, découle un immense carnage : celui des navires usines. Enquête au coeur d’un phénomène désastreux.

    La pêche mondiale s’industrialise

    Selon les constats de plusieurs ONG, en Europe, nous engloutissons en 189 jours les réserves de poissons prévues pour 365. D’après Greenpeace, « aujourd’hui, la flotte européenne est capable de pêcher 2,5 fois en volume ce que nos mers sont en mesure de nous donner ».  Les traditionnels chalutiers familiaux sont peu à peu délaissés au profit de véritables bateaux usines, prêts à délester l’océan de toutes ses ressources. La pêche n’est ni contrôlée ni définie par des règles du jeu précises. Il y a donc une véritable surexploitation des ressources et un nombre de bateaux beaucoup trop important dans certaines zones de pêche.

    Pour visualiser le trafic des bateaux en temps réel, c’est ici : https://www.marinetraffic.com/fr/ 

    Les témoignages de certains petits pêcheurs du Nord de la France font froid dans le dos : ils racontent qu’ils sont rejoints par les bateaux usines hollandais, qui les laissent repérer et vérifier l’intérêt d’un endroit de pêche avant d’y venir et de tout rafler en quelques heures. Alors que ces derniers  auraient  pu y pêcher pendant quelques mois. La pêche électrique va-t-elle débarquer en France ?

     

    Les navires construits ressemblent à de vraies usines marines. Les Norvégiens, par exemple, ont construit l‘Atlantic Dawn, un super chalutier gigantesque pour les Irlandais. 

    Pêche – Les ravages des navires usines + videoCe navire de pêche représente à lui seul 15% des capacités de pêche d’Irlande en 2005 ! Ses sennes coulissantes font 2 fois le volume du dôme du millénaire de Londres et peuvent entrainer presque 700 tonnes de poisson par jour !

    • Problématique : ce type de navire peut capturer jusqu’à 80% de poissons qu’il ne souhaite pas pêcher. Il les rejette donc à l’eau, souvent morts.

    picto-etoile-paragraphe Pêche - Les ravages des navires usines (video)Parmi eux, des dauphins, des requins ou des tortues, souvent pris dans les filets. Un massacre grandeur XXL. A noter que ces chalutiers continuent d’être subventionnés par l’Union Européenne alors qu’ils ravagent les écosystèmes de la mer du Nord, de l’Atlantique etc.

    Pêche – Les ravages des navires usines + videoGloria est le plus grand filet de pêche au monde. On s’en sert généralement pour attraper des rougets communs sur les surfaces du milieu de l’océan Atlantique. Le tout dernier filet, en vente à Vigo, a quant à lui une ouverture de 35 800 mètres carrés. Il est suffisamment grand pour contenir une dizaine d’avions 747 ou même davantage.

    Ajouté à cela, les logiciels cartographiques des fonds marins – tels que Picatus 3D – représentent la dernière trouvaille technologique pour les chalutiers.

    Picatus 3D, par exemple, associe la technologie informatique moderne avec le traditionnel échosondeur pour obtenir encore plus d’informations à partir de sons qu’il émet et reçoit des fonds marins. Le pêcheur peut ainsi voir les profondeurs de façon virtuelle.

    fleche-Pêche - Les ravages des navires usines (video)Pour visualiser les ravages que cause cette surpêche, nous vous conseillons de visualiser le film suivant (voir lien ci-dessous). Ce dernier révèle l’horreur de la pêche au thon. Aujourd’hui, c’est la réalité de ce qui se passe en mer que nous vous dévoilons.

      Pêche – Les ravages des navires usines + video             

      https://www.youtube.com/watch?v=4Wps_d5Y08U

     

    Greenpeace classe les marques de thon sur le marché français

    L’ONG Greenpeace a interrogé et classé les principales marques de boîtes de thon vendues en France*, selon leurs performances environnementales. Vous pouvez retrouver ce classement ici : http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/oceans/arrethon/#petition.

    Et la marque qui ressort et qui est durement épinglée n’est autre que le leader du thon en boîte sur le marché français, Petit Navire.

    Petit Navire

    Article complet : 

    http://www.consoglobe.com/peche-ravages-des-navires-usines-cg/3


  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Décembre 2014 à 20:02

    Yès, j'adhère, super article!Merci!!!

    @mitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :