• Pourquoi votre voisin voit les buts du Mondial deux secondes avant vous ?

    Pourquoi donc votre voisin, qui a regardé Belgique-Panama fenêtres ouvertes, a-t-il vu la volée de la délivrance de Dries Mertens quelques secondes avant vous, cassant ainsi votre plaisir de découvrir le but "live" ? Pourquoi le bar, juste en bas, s'enjaille une demi-seconde plus tôt que vous, dans votre salon, avec vos amis? En bref ; pourquoi, à l'heure des débits stratosphériques, du tout connecté et de l'instantanéité, ne sommes-nous pas tous égaux devant le direct footeux télévisé ? 

    Eclairage et cassage de mythes sur un problème créé par... le numérique et la modernité.

    Pourquoi votre voisin voit les buts du Mondial deux secondes avant vous ?1. Le "direct", ça n'existe pas

    Seuls les 1.000 Belges présents à Sotchi ont vu le but de Dries Mertens en (vrai) live. Pour les téléspectateurs du monde entier, il y a obligation de subir une série de décalages plus ou moins courts. Il y en a d'abord un, impossible à ôter de la chaîne : le temps nécessaire pour que les images, capturées en Russie, parviennent jusqu'aux régies techniques des chaînes de télévision détentrices des droits (dans le monde entier). Un processus qui ne prend pas plus d'une seconde, que le flux d'images soit transmis par satellite (géostationnaire, à 36.000 km au-dessus de nos têtes, où les images doivent monter avant de redescendre) ou par câble. Jusqu'ici, tout le monde est à égalité, les images parviennent à tout le monde en même temps. C'est après que les décalages s'agrandissent.

    2. Chaînes et opérateurs entrent en piste

    Lorsque la RTBF (ou la VRT) reçoit le signal russe, elle est chargée de le traiter. Et de le transmettre aux opérateurs, qui auront pour mission de le compresser (en MPEG-4/ H.264 aujourd'hui, en MPEG-2 hier). Ce processus prend, ici encore, un peu de temps. Par nature, le câble coaxial (VOO, Orange, Telenet) dispose d'un avantage théorique, en terme de débit, sur la technologie VDSL de Proximus. On parle d'une à deux secondes, mais sur un but, elles comptent. "La large bande passante du câble permet si nécessaire d' y faire passer des signaux à 12 ou 15 Mb/s", nous dit Patrick Blocry, porte-parole de VOO. "Surtout, elle est entièrement dédicacée au signal télé", nous dit-on chez Telenet. "C'est là la vraie différence". La paire cuivrée de l'ex-Belgacom n'a pas cette liberté, mais l'opérateur compense par des traitements électroniques très prompts, qui permettent d'aboutir à un résultat presque équivalent, en termes de temps. "Toutefois, un signal qui passe par le câble, c'est comme la radio en hertzien : il arrive pareil, au même moment, pour tous", nous confie Telenet. "Du moins à matériel équivalent". Ce qui nous mène au point suivant...

    4. Votre décodeur joue un rôle

    Et même un rôle important, puisque c'est lui qui décode (décompresse) le signal vidéo."Vous voyez cet écran noir, qui apparaît très brièvement lorsque vous changez de chaîne ? C'est le résultat de la décompression des images par votre décodeur. Heureusement, les décodeurs sont de plus en plus performants, et équipés de processeurs plus puissants pour décompresser les signaux au plus vite", reprend Patrick Blocry. Bref : la génération de votre décodeur peut aussi jouer un rôle. Idem chez Proximus, "où une image SD peut parvenir plus rapidement qu'une image HD", nous confirme Haroun Fenaux. Ensuite, tout ce qui vient au-delà de votre décodeur peut avoir un impact minime :  "si vous passez par un ampli AV, par exemple, il y a encore un traitement supplémentaire, de l'image comme du son. A tel point que certains amplis intègrent la fonction Lip Sync, pour resynchroniser les images sur la voix !" En fait, la règle est simple : plus l'image est traitée dans son voyage, plus les (micro) décalages s'empilent.

    Pourquoi votre voisin voit les buts du Mondial deux secondes avant vous ?5. C'était mieux avant ? 

    Sur le plan de simultanéité ? Cent fois oui ! "A l'époque de la télévision analogique (qui aujourd'hui ne représente plus que 4% du marché, NdlR) , tout le monde était sur le même pied d'égalité : le signal était envoyé brut, sans traitement. Ni compression ni décompression", nous confie-t-on au département support et technique du service Télévision . "Il n'y avait pas de fameux écran noir de transition entre deux chaînes", glisse VOO. C'est donc le numérique, et la multitude de traitements qu'il implique, qui ont créé ces décalages. Mais c'est un petit mal pour un grand bien : c'est aussi le numérique qui a rendu nos images plus belles, plus nettes, HD. "Et qui a permis, aussi,dixit Proximus, "d'apporter les fonctions interactives comme la pause du direct, le retour en arrière, etc."

    6. Le streaming par Internet : des décalages immenses

    Passer par Auvio, ou l'application de TV mobile fournie par votre opérateur pour regarder un match des Diables : c'est très pratique, mais en termes de respect du direct, c'est une horreur. En cause : le buffering. Celui que vous voyez, déjà : lorsque votre vidéo se "précharge". Mais aussi celui que vous ne voyez pas : "les fournisseurs de réseau réalisent en effet du buffering en amont, pour envoyer le flux par salves. Cela crée des décalages." Qui dépendent aussi très fortement de la qualité de votre connexion (Wi-Fi ? 4G ?  Êtes vous dans une situation nomade - un train - ou fixe ?). Et qui peuvent largement dépasser la minute...
    Bref : pour être sur que la télé de votre voisin ne vous spoile pas, vous l'avez compris, il n'y a pas grand chose à faire. Si ce n'est, peut-être,voir le match avec lui !

    Source : Alexis Carantonis

    Publié le mercredi 20 juin 2018 à 20h19 - Mis à jour le mercredi 20 juin 2018 à 20h21
     
    http://www.lalibre.be/economie/digital/pourquoi-votre-voisin-voit-les-buts-du-mondial-deux-secondes-avant-vous-5b2a9ad05532a29688927344 
     
     

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :