•  

        saisonniersretraite.jpgUn phénomène s'observe de plus en plus et plus particulièrement dans les zones touristiques : l'apparition de retraités travailleurs saisonniers.
    Les saisonniers travaillent majoritairement dans l'agriculture ou l'hôtellerie-restauration. Avec la forte augmentation du taux de chômage, on a vu apparaître des seniors pour qui les contrats temporaires (ou le travail au noir) tendent à devenir des emplois à part entière. Les seniors connaissent mieux leurs droits mais ont d'avantage besoin d'argent, en autre pour aider leurs "Tanguy", et ils acceptent parfois des emplois à des conditions indécentes.

    On sent désormais une concurrence entre les jeunes et les seniors, alors que c'est la précarité par excellence.
    Ce phénomène s'accentue et s'accentuera d'avantage dans les mois et années à venir. 


    1 commentaire
  •  

     

                      eau1.jpgL'agriculture a besoin de quantités d'eau plus ou moins importantes selon son type de production. Cela dépend des besoins physiologiques des végétaux, des animaux et de la nourriture de ceux-ci. A ces besoins en eau des organismes, s'ajoutent ceux des processus de transformation des aliments, comme l'eau utilisée pour nettoyer les abattoirs, par exemple.
    L'ensemble de ces consommations d'eau constitue ce que l'on appelle l'eau virtuelle, c'est-à-dire la quantité d'eau totale nécessaire pour produire quelque chose. 

    Par exemple, il faut :

    13.500 litres d'eau pour 1 kilo de viande de boeuf
    5.263 litres d'eau pour 1 kilo de coton
    5.000 litres d'eau pour 1 kilo de riz inondé
    590 litres d'eau pour 1 kilo de pommes de terre
    524 litres d'eau pour 1 kilo d'orge
    346 litres d'eau pour 1 kilo de bananes
    25 litres d'eau pour 1 litre de bière

    Cette eau virtuelle est puisée dans l'environnement (pluie, nappe phréatique, etc...) et dans les apports artificiels comme l'irrigation.

                       Source: http://www.futura-sciences.com
                                        


    votre commentaire
  •  

     

       boum.jpgEn vieillissant, les termites de Guyane développent sur leur dos une sorte de bombe chimique qu'elles font exploser en cas d'affrontement avec des ennemis, ressort-il d'une étude à laquelle a participé le laboratoire d'évolution biologique et d'écologie de l'ULB (Université Libre de Bruxelles). La bosse sur le dos fait penser à un sac à dos bleu. Il s'agit de cristaux bleus constitués d'une protéine contenant du cuivre et pouvant jouer un rôle dans les réactions d'oxydation. Lorsque l'ouvrier termite est immobilisé par un ennemi, il se fait exploser comme un kamikase. Concrètement, la paroi abdominale de l'insecte se déchire. La sécrétion des glandes salivaires entre alors en contact avec les cristaux bleus. La réaction produit alors une substance toxique et BOUM.


    votre commentaire
  •  

     

    pollution.jpgA la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique non recyclable pour faire ses courses.
    La jeune caissière, grincheuse, lui reproche de ne pas acheter de sac recyclable et lui dit que les vieux ne comprennent pas le mouvement écologique.

    "A cause de vous, les jeunes vont payer pendant plusieurs générations vos abus", lui dit-elle en conséquence.
    La vieille dame, très gênée, s'excuse auprès de la caissière en lui disant qu'il n'y avait pas de mouvement écologique de son temps.

    Finalement, la petite vieille, un peu énervée, signale à sa jeune interlocutrice que de son temps... on n'avait pas d'escaliers roulants, peu d'ascenseurs et que c'est par la force de mollets que l'on montait les marches avec des courses lourdes.
    A l'époque, on allait à l'épicerie du coin à pied ou a vélo et on ne prenait pas la voiture pour se rendre à l'hypermarché ou au supermarché situé à deux cent mètres de la maison. A l'époque, les sacs pour les courses servaient des années car ils étaient en tissus.
    A l'époque, on ne connaissait pas les couche-culottes jetables et on lavait les couches de bébé. A l'époque, on faisait sécher les vêtements sur une corde à linges et non dans un sèche-linge qui dévore de l'électricité.
        A l'époque, on raccomodait les vêtements qui, eux, n'étaient pas fabriqués par des enfants en Asie. A l'époque, on ne jetait pas systématiquement un pantalon déchiré mais on le réparait avec du fil et une aiguille. A l'époque, on n'avait qu'une t.v et une radio et pas une dans chaque chambre quand ce n'est pas dans la cuisine. A l'époque, on avait un réveil qu'on remontait le soir et qui ne consommait pas d'électricité. A l'époque, on n'avait pas de micro-ondes et de plats tout préparés dont on jette l'emballage et souvent une grosse partie de la nourriture car elle est infecte et sans goût. On mangeait tout ce qu'il y avait dans l'assiette. A l'époque, les légumes et les fruits étaient emballés dans du papier journal. A l'époque, on ne mettait pas les tartines des enfants ou du mari dans du papier alluminium. A l'époque, on n'avait pas de tondeuses à essence mais de l'huile de coude. A l'époque on n'allait pas dans des clubs de gym et sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité avec de grands écrans t.v qui passent les infos ou la musique du moment. A l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif et on n'avait pas des bouteilles en plastique ni de gobelets qui mettent plusieurs centaines d'années à se désagréger. A l'époque, on remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu de jeter un bic quand il est vide. A l'époque, on ne photocopiait pas, on n'imprimait pas car on avait un calque qui servait des dizaines de fois et était bien moins polluant que ces cartouches d'imprimantes. A l'époque, on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter un rasoir en entier lorsque la lame est usée. A l'époque, les enfants gardaient le même cartable (en cuir) pendant des années alors que les enfants d'aujourd'hui changent de cartable tous les ans. Les crayons et autres articles scolaires vivaient jusqu'à l'usure et non pas en tenant compte des modes. A l'époque, on n'avait pas des vêtement made in Asie, remplis de polluants et colorants suspects qui donnent des allergies et des maladies.

    Finalement, nous les vieux, à votre âge, on polluait dix fois moins que vous aujourd'hui !!!!! 


    votre commentaire
  • Livre... Mot du passé !!!


    votre commentaire
  •  

     Chaque méthode de bouchage a ses avantages et ses inconvénients. Le liège est un produit naturel qui fait un merveilleus bruit en s'expulsant de la bouteille. Mais il a deux défauts : une molécule surnommée TCA peut contaminer le liège et donner un goût imbuvable au divin breuvage. 3 à 5% des bouteilles sur le marché seraient bouchonnées. De plus, tous les bouchons ne sont pas de qualité identique : certains sont moins hermétiques et leur fiabilité peut s'avérer hasardeuse au fil du temps.

    Face au bouchon, la capsule à vis (inventée en France en 1968) est moche, elle est en aluminium, elle craquette à l'ouverture mais permet de se passer de tire-bouchon. Elle permet de refermer la bouteille, d'oublier le goût de bouchon. Autre avantage pour les petits appartements, la capsule ne craignant pas le dessèchement , les bouteilles peuvent se conserver debout. Mais surtout son étanchéité (contrairement aux bouchons synthétiques) n'est jamais mise en défaut.

    Mais quelles sont les différences sur l'évolution du vin ? Car oui, il y a des différences. Lors d'une dégustation à l'aveugle de deux vins identiques, l'un avec capsule et l'autre avec bouchon de liège le résultat est fascinant.

    Nuits-saint-georges blanc 2005
    La bouteille avec capsule remporte les suffrages et... silence gêné des goûteurs professionnels.

    Nuits-saint-georges blanc 2007
    Les participants sont plus divisés mais la bouteille avec capsule marque un point supplémentaire.

    Saint-émilion 2003
    Là, les participants sont très partagés, moitié, moitié.

    Qu'en conclure ?
    Il semblerait, même s'il y a un manque de recul, qu'un vin sous capsule pourrait se conserver plus longtemps. Certes, le rituel du débouchage n'y est pas et beaucoup d'amateurs de vin considèrent comme un sacrilège ce vin à capsule. Cependant, un argument supplémentaire pourrait faire pencher la balance en faveur de la capsule. La dose de souffre (SO2) ajoutée ans le vin pour le protéger de l'oxydation permet de réduire drastiquement cet ajout, de plus en plus contesté.
                                    


    votre commentaire
  • Moment extraordinaire de l'amour d'un homme pour son chien. Il le baigne tous les soirs dans les eaux du lac supérieur pour qu'il puisse s'endormir. Son chien de 19 ans souffre d'arthrose et c'est le seul moyen de le soulager et de l'apaiser. Le lac, à cette époque de l'année, est très chaud... Magnifique et touchant.waf.jpg


    votre commentaire
  •  

    sdf1.jpg


    votre commentaire
  •  

           eauderobinet.jpg

    Depuis quelques temps, on peut voir fleurir sur certaines tables de restaurant, des bouteilles d'eau à la marque des restaurants, dites "eau maison" qui sont, pour la plupart, de l'eau qui jaillit, non pas d'une source, mais du circuit de distribution local. Ces flacons, tous plus jolis les uns que les autres, sont en réalité remplis d'eau de robinet "filtrée". Ainsi, certaines de ces eaux "maison" sont facturées entre 4 et 6 euros. Ca fait mal à l'addition, et en période de crise, alors que la clientèle se fait de plus en plus tiède, ça sent un peu la moquerie ou le hold-up.

    Un restaurant possède, cependant, une source dont l'eau n'est pas chlorée. l'Auberge du Sabotier près de Saint-Hubert est pratiquement la seule a ne pas se moquer de sa clientèle.

    Quand je pense qu'en France, le flacon d'eau courante est gratuit !!!

     


    votre commentaire
  •  

    Détrompez-vous, ce n'est pas le fusil-mitrailleur qui fait tache mais le livre "Le petit chaperon rouge" car celui-ci envoie un message insupportable aux enfants américains. L'un des dessins montre une bouteille de vin. Tout le monde sait que le vin est plus mortel qu'une bonne rafale de fusil-mitrailleur !!!!


    votre commentaire
  • La France va sanctionner, la Belgique attend des textes.

    La question de l'obsolescence (panne) programmée des appareils électriques suscite de plus en plus d'intérêt. En France, le ministre de la consommation Benoit Hamon a ainsi annoncé que le projet de loi sur la consommation qu'il présentera dans quelques jours prévoira des sanctions à l'égard des entreprises qui limitent volontairement la durée de vie de leurs appareils. Un rapport du Centre européen des consommateurs ( CEC ) évoque une puce placée dans certaines imprimantes qui enregistre le nombre d'impressions et qui, au bout d'un nombre prédéterminé par le fabricant, se bloque automatiquement. Le CEC relève la prédestination des téléviseurs à fonctionner 20.000 heures ce qui fait une moyenne de 9 années d'utilisation. Il dénonce le placement du condensateur, qui a pour rôle d'allumer les téléviseurs LCD et plasma, à des endroits où beaucoup de chaleur est produite, ce qui affecte le composant et réduit sa durée de vie. Certaines machines à laver seraient programmées pour durer 2.000 à 2.500 cycles de lavage. Le CEC pointe aussi les batteries inamovibles des iPad et iPhone chez Apple. Si l'appareil est utilisé assez régulièrement et donc rechargé tous les jours environ, la batterie est hors d'usage au bout d'un an, un mois et cinq jours... juste après la fin de la garantie du constructeur. Le projet de loi français prévoira une meilleure information des consommateurs sur l'existence et le contenu des garanties. Obligation pour les producteurs sera d'informer les consommateurs sur l'existence et la disponibilité des pièces détachées nécessaires à une réparation. Chez nous en Belgique, plusieurs textes déposés par les députés écolos Thérèse Snoyet Ronny Balcaen abordent la question de l'obsolescence programmée et de la garantie sur les appareils. Ils sont en attente de mise à l'ordre du jour de la commission compétente qui devrait organiser des auditions. L'un de ces projets impose au fabricant de communiquer la durée d'usage de son produit et la présence éventuelle d'un système de comptage bloquant. 

    Source : Journal "Le Soir" du 26 avril 2013


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L'Europe va finalement livrer des chars aux 'rebelles" en Syrie !!!


    votre commentaire
  • Nouvelle menace de suicide chez Norbert Dentressangle

    Le 5 juin un routier menaçait de mettre fin à ses jours chez United Savam groupe Norbert Dentressangle.

     

     

    En tant que délégué syndical, il faisait l'objet d'une mesure conservatoire dans le cadre d'un licenciement pour faute grave.

    Article complet en cliquant sur le lien suivant : 

    http://www.lunion.presse.fr/article/region/nouvelle-menace-de-suicide-chez-un-transporteur

    amitiés syndicales    
             
             
        Bonjour ami syndicaliste,
    Un bonjour du Maine-et-Loire, département français, ou mes camarades et moi nous battons entre autre depuis le mois de mai pour la reconnaissance de nos droits syndicaux. Je travailles pour Norbert Dentressangle, et nous passons demain vendredi 28 juin au Tribunal suite à contestation frauduleuse de la validité de la section syndicale CGT crée fin mai.
    Nos droits sont bafoués, notre direction essaie de nous mettre dehors. Nous nous battons, mais malheureusement la direction arrive à nous faire passer pour des vilains petits canards aux yeux de nombreux employés. Nous avons fait un appel au débrayage lundi qui n'a malheureusement pas été suivi par beaucoup d'employés. Le retentissement médiatique lui à été beaucoup plus positif. Nous espérons lui donner un nouvel élan après la décision du tribunal concernant la section syndicale. Tout comme donner un nouvel élan dans la défense des salariés de Norbert Dentressangle et d'ailleurs.


    Amitiés syndicalistes,

    Thomas
       
             
             
       

    votre commentaire
  • Voici bientôt venu la période des "jobs étudiants".


    1 commentaire
  •  

    D'overblog à Eklablog

    Bonjour,

    D'Overblog à Eklablog....     Pourquoi ?  Comme beaucoup "d'overblogiens" déçus par la nouvelle plate-forme, je pars ailleurs voir si l'herbe n'y est pas plus verte et j'émigre sur Eklablog qui est plus convivial et surtout plus à l'écoute des blogueurs en difficulté. J'y ai déjà un blog régional et je ne m'aventure donc pas dans l'inconnu. J'invite tous les abonnés d'Overblog à venir me rejoindre (et à se réinscrire en tant qu'abonné) sur Eklablog.

    Bienvenue à vous sur Eklablog et merci pour votre fidélité que, j'espère, vous allez renouveler.


    4 commentaires