• Voilà un zizi qui fait mauvais genre en face d'une école catholique

    Un gigantesque pénis a été peint en une nuit sur un mur aveugle de l’avenue des Villas, à la Barrière de Saint-Gilles. Au repos, pour ceux que ça inquiéterait. Alors que le quartier lève les yeux au ciel pour l’observer, la commune réfléchit à l’action à mener.

     

    Voilà un zizi qui fait mauvais genre en face d'une école pour enfants

    «Tout, vous saurez tout sur le zizi», chante Pierre Perret.

    Concernant celui dont on jase ce 20 septembre à Saint-Gilles, par contre, vous ne saurez rien. Ni son auteur, ni la technique utilisée. Rien sauf qu’il a été peint en un temps record, avenue des Villas, à deux pas de la fameuse friterie de la Barrière et non loin de l'institut des Filles de Marie, une école catholique. En tout cas, il fait beaucoup rire les gamins qui passent sur le trottoir.

     Du côté de la Commune de Saint-Gilles, on nous assure «qu’il y a plus urgent» comme dossier que cette fresque embarrassante quoiqu’ «amusante», mais qu’on «réfléchit à la façon d’effacer» l’œuvre. «On ne peut pas donner le signal qu’on peut peindre tout et n’importe quoi partout à Saint-Gilles», confie-t-on du côté du cabinet du Bourgmestre Picqué (PS). «Ça n’a rien à voir avec le fait qu’il s’agisse d’un zizi. On ferait pareil avec des petites fleurs et on a déjà exigé le nettoyage de façades que les propriétaires avaient garnies sans autorisation».

    La commune va maintenant contacter le propriétaire de la façade, «considéré comme une victime dans cette affaire». Le problème avec le dessin est aussi de déployer les techniques de nettoyages appropriées. Ce qui ne semble pas une mince affaire. «Il faudra descendre en rappel, ce pour quoi nos ouvriers ne sont pas équipés», prévient-on au cabinet Picqué. «Mais à court ou moyen terme, tout sera effacé», promet-on, «pour éviter que ça ne se reproduise à divers endroits».

    Sachez, pour ceux qui y pensent, que le street artist Bonom s’est distancié de l’œuvre saint-gilloise. Celui a qui l’on doit le portrait osseux de la Porte de Hal ou la masturbation de l’avenue Louise a démenti toute implication à nos confrères de la RTBF. Il nous avait d’ailleurs déjà assuré être rangé des murales gigantesques qui ont fait sa célébrité, épuisé de vivre dans la clandestinité.

    Voilà un zizi qui fait mauvais genre en face d'une école pour enfants

    Source :

    http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160920_00883272?pid=2779695

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :